Le forum officiel de SoleilRouge

Bienvenue sur le forum officiel du jeu.
 
Revenir au jeuRevenir au jeu  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo

Aller en bas 
AuteurMessage
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Mer 7 Jan - 13:43

Je ne pensais jamais en venir à écrire mes mémoires. Jamais au grand jamais, je n’ai été animé par la volonté de laisser une quelconque trace dans l’histoire de l’empire du soleil rouge. Je n’ai toujours vécu que pour servir au mieux mon clan et par là même l’empire. Mon nom n’a aucun intérêt. Seul le souvenir de mon clan doit perdurer. Yoriki de formation, tout comme mon défunt père, j’ai appris à me détacher des hommes pour ne m’intéresser qu’aux faits, même si certains samouraïs sont loin de me laisser indifférent. Aussi, quel intérêt pourrait-on présenter la vie d’un simple samouraï en regard à la formidable histoire des clans de l’empire du soleil rouge ?

Et voilà que sans abandonner mes convictions pour autant, j’en viens à coucher sur le papier des pensées très personnelles. Mon grand âge serait-il responsable de cet étrange phénomène ? Finirais-je par relater mes mémoires comme d’autres samouraïs avant moi ? Je l’ignore encore…


Dernière édition par Hoshi le Mer 2 Déc - 16:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Jeu 8 Jan - 13:44

Ma famille a toujours été Seigikami. Mon père servait la justice de notre empire comme son père avant lui, et c’est tout naturellement que je me suis engagé sur la même voie que mes aïeux. J’espère que mon fils aura la chance de me succéder, même si l’actuel shogun a décidé pour le moment de nous retirer officiellement la charge que le très sage Nihon-heika avait toujours confiée à notre clan.

Toute ma jeunesse durant, je me suis préparé à servir la justice, étudiant à longueur de journée les textes de lois entreposés dans le Grand Hall de Justice sous les conseils avisés de mon père. Alors que j’allais enfin accéder à la fonction de yoriki en passant mon gempukku, un mystérieux assassin priva mon père de la joie de voir son fils lui succéder. Même si certains furent enchantés de voir l’enquête que poursuivait mon père à leur encontre cesser, je n’ai jamais pu obtenir assez de preuve pour identifier formellement son assassin. Ce drame ne fit que renforcer ma soif de justice.

En mémoire à mon défunt père, j’aurais aimé pouvoir conseiller Nihon-tenno dans l’édification des lois impériales. Malheureusement, la vie m’a amené à faire certains choix qui ne me permettront plus de devenir hanji. Mais qui le pourrait en l’absence de l’empereur phénix ?
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Ven 9 Jan - 13:44

Venant à peine de passer mon gempukku je fus rapidement plongé dans la guère civile qui divisa l’empire, entre les partisans du shogun en place et ceux qui pensaient avoir retrouvé l’empereur. Heureusement mon daymio était là pour me guider et j’exécutais donc ses ordres à la lettre sans me poser davantage de questions. Le shogun finit par être exécuté et le pouvoir de Nihon-heika rétabli. Mes souvenirs de cette période restent assez confus je dois bien l’avouer.

C’est la tenue d’un conseil impérial extraordinaire à Kyuden Seigikami qui me permit de sillonner pour la première fois notre vaste empire. Chargé par Nihon-tenno et Harada-sama de porter les invitations impériales auprès des différents daymios de l’empire, il me fut donné la possibilité de me rendre à Kyuden Kitsune, Shiro Kuma ainsi qu’en terre Saru et de rencontrer les plus hauts dignitaires de l’empire. Je dois reconnaître qu’Eo-sama me fit alors une excellente première impression, étant fort aimable et compréhensive avec le jeune samouraï que j’étais.
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Lun 12 Jan - 16:18

C’est une enquête dont je me dois de taire les détails pour la sécurité de l’empire, conformément à la volonté d’Harada-sama, qui m’amena à forger une solide amitié avec Seigikami Nikorasu-san et Seigikami Suzaku-san. Confrontés à une situation apparemment désespérée, nous avons frôlé à plusieurs reprises la mort et je dus me déshonorer pour sauver mes frères et désormais amis de cette aventure. Ai-je fais le bon choix en me comportant de la sorte ? Sans l’ombre d’une hésitation, un digne Torayama ne manquerait pas de désapprouver un tel comportement et il aurait sans doute raison. Moi-même, je me suis longuement demandé si nos trois vies valaient le sacrifice de mon honneur. J’espère que nos actes respectifs qui suivirent cette aventure permettront un jour de répondre favorablement à cette question. Toujours est-il que depuis un lien très particulier s’est tissé entre Nikorasu-san, Suzaku-san et moi. Ce sont deux samouraïs qui ont toute mon estime et ma confiance.


Dernière édition par Hoshi le Mer 20 Mai - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Ven 16 Jan - 13:21

Mais pour en revenir à Eo-sama, c’est en réponse à une demande d’aide de son clan que nombre de mes frères et moi-même nous rendîmes défendre son kyuden à la tête d’une jolie armée. Nous n’étions pas au complet, ayant du également envoyer une partie de nos forces aider les Torayamas à lutter contre les spectres de Sakiko no Yurei, mais le clan Seigikami s’efforçait une fois encore d’aider de son mieux ses différents voisins. Des troupes de tout l’empire convergeaient afin de défendre les terres kistunes contre les hordes de l’ombre menées par Yugi Tomasu. La bataille fut sanglante face à des bakemonos galvanisés et un grand nombre de valeureux samouraïs ne s’en releva pas. Alors que la victoire sur le champ de bataille semblait acquise et que nous tentions pour la plupart de panser nos blessures, nous apprîmes qu’un détachement de bakemonos avait pénétré dans Kyuden Kistune et y semait terreur et désolation sur son passage. Il nous fallu donc nettoyer le fief Kistune de la vermine qui y grouillait. C’est alors que j’appris le mariage de Fusanori-sama avec Eo-sama, visiblement sans que Nihon-tenno ne leur ait donné Son consentement comme l’exige la loi impériale. Les clans Kuma et Kitsune allaient fusionner et c’est sur une âpre discussion au sujet du nom qu’adopterait ce nouveau clan que nous rentrions à Kyuden Seigikami après avoir défendu Kyuden Kistune.


Dernière édition par Hoshi le Mer 20 Mai - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Sam 17 Jan - 11:35

Face à cette nouvelle du mariage de Fusanori-sama avec Eo-sama et de la fusion des clans Kitsune et Kuma qui en résultait, Takara-sama était venue s’entretenir avec Yojiro-sama à Kyuden Seigikami. Afin de les laisser s’entretenir en privé dans le Grand Hall de Justice, la plupart d’entre nous nous entrainions au dojo. Alors que de magnifiques passes d’armes s’enchaînaient dans un joli brouhaha de circonstance, un bruit inhabituel parvint à mes oreilles, peut-être aidé par mes aptitudes de yoriki. Afin de répondre à mes doutes, je passais discrètement la tête hors du dojo lorsque je vis 5 hommes masqués s’en prendre à notre daymio. Mon sang ne faisant qu’un tour, je sonnais l’alerte tout en me précipitant au secours d’Harada-sama. Rapidement rejoins par nombre de mes frères, nous ne tardâmes guère à neutraliser les agresseurs et à faire fort heureusement échouer cette horrible tentative d’assassinat. Malgré une analyse poussée des lieux et de ces hommes masqués, aucun indice ne me permit de remonter la trace de leur sinistre commanditaire.

Assez étrangement, peu de temps avant, Nihon-tenno avait été victime lui aussi d’une tentative d’assassinat sur son illustre personne. Bien malheureusement, son âme éternelle fut contrainte une nouvelle fois à changer d’enveloppe corporelle. Comme l’avait souhaité Nihon-heika, Harada-sama prit la charge de shogun en attendant le retour de l’empereur phénix. Afin de préserver l’équilibre des forces de l’empire, mis à mal par Fusanori-sama et Eo-sama, Harada-sama et Takara-sama décidèrent de s’unir pour fonder le clan Osamaru. Mais il ne fallut pas longtemps pour que Fusanori-sama revendique le titre de shogun, au nom de sa puissance militaire et financière nouvellement acquise. Mitsuoto-sama estimait les deux autres hors-lal-loi et revendiqua ce poste à son tour, pour préserver la loi et la volonté de nihon. C’est ainsi que commença pour moi l’ère des 3 shoguns.
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Lun 19 Jan - 22:25

L’ère des 3 shoguns s’annonçait comme un période troublée et c’est ce qu’elle fut. Suite à la tragique disparition de Nihon-heika, les clans de l’empire se divisaient et les heimins se révoltaient. Ainsi, Kyuden Kistune et Kyuden Seigikami durent chacun faire face à une révolte paysanne tandis que j’allais être contraint de voir les Torayamas et les Kumatsunes comme des ennemis potentiels, élément que je m’étais toujours interdit afin d’exercer ma charge de yoriki en toute impartialité.

J’ai eu le sentiment qu’Harada-sama ne recherchait pas tant le pouvoir que le respect de la volonté de Nihon-heika en assurant la charge de shogun. Ainsi, l’une de ses premières mesures à ce poste fut de charger Natsumi-san et moi-même de retrouver Nihon-heika. Nous nous partagions la tâche, fouillant chacun les terres que nous connaissions le mieux, à savoir celles de nos anciens clans. Nouvellement nommé shunô, je repartais donc sur les terres qui m’avaient vu naître. Yojiro-sama, alors gouverneur de Kyuden Seigikami, m’accorda l’aide de Suzaku-san et Makoto-san pour m’assister dans la recherche de Nihon-heika, ainsi que l’escorte de Kiyoshi-san et Tsuyoi-san. C’est ainsi que débuta une fouille systématique de l’ensemble des terres Seigikami. Tous les enfants de neuf à quinze mois passèrent entre nos mains, à la recherche de l’infinie sagesse que nous pourrions lire dans le regard de Nihon-heika. Le temps passait et l’espoir de retrouver notre vénéré empereur s’amenuisait.

Alors que je retournais à Kyuden Karasu, dans l’espoir que les recherches de Natsumi-san aient été couronnées de succès, je retrouvais une femme au relais du croisement. Je ne la nommerais pas. Sachez toutefois pour la compréhension de mon récit qu’elle m’annonça être de retour des terres Kumatsune où elle avait profité de sa haute fonction pour effectuer discrètement une recherche similaire à la mienne. A ses côtés, je réunissais donc les enfants présents dans les environs du relais du croisement et pratiquait leur examen. C’est alors qu’une femme m’apporta en pleurs celui que je reconnus immédiatement tant il rayonnait de sagesse. L’Empereur Phénix était de retour parmi nous.


Dernière édition par Hoshi le Mer 20 Mai - 10:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Mar 20 Jan - 15:11

Immédiatement, je me précipitais à Kyuden Karasu afin de mettre le corps si jeune de notre vénéré empereur en sûreté. Retrouvant Hiryuu-sama aux portes du kyuden, je l’informais de ma découverte et poursuivais mon ascension des interminables escaliers du kyuden. Je déboulais dans les appartements shogunaux et à bout de souffle narrais ma découverte à Harada-sama et Takara-sama. Le couple shogunal ne tarda pas à identifier à son tour Nihon-heika. La décision fut alors prise de ne pas ébruiter notre découverte pour l’heure. Les assassins de Nihon-heika n’ayant pas encore été identifiés, il ne fallait pas courir le risque de les voir tenter de renouveler leur terrible forfait. L’idée fut même avancée d’effectuer une substitution et de présenter un autre bébé comme Nihon-heika, afin de le préserver et tenter de démasquer ses assassins.

Regagnant le cœur du palais, je retrouvais cette femme dont j’ai fait mention un peu plus tôt, une sœur qui avait toute notre confiance et notre respect. Je lui précisais alors la décision sécuritaire du couple shogunal et son désir de ne pas être dérangé pour le moment. Bien que j’étais encore épuisé par ma course de la veille, elle me conseillé d’aller prévenir Hiryuu-sama afin d’être certain que la nouvelle ne s’ébruite pas, l’ayant mis au courant à mon arrivée. Après avoir vidé mes dernières forces en dévalant et remontant les interminables escaliers du kyuden pour prévenir mon karo, je retournais monter la garde devant les appartements shogunaux. Je n’aurais pas été en mesure de m’interposer mais le kyuden étant quasiment désert je me devais d’être présent. Nous devions attendre le retour des samouraïs partis défendre nos terres.

C’est alors que cette sœur à qui je devais le respect passa devant moi, m’informant aimablement devoir s’entretenir avec le couple shogunal au sujet de Nihon-heika. Je ne pouvais alors qu’avoir confiance en elle et ne protesta pas. Toutefois, au fur et à mesures des heures qui passaient, un étrange sentiment d’angoisse commença à monter en moi. Lorsqu’elle ressortit un couffin sous le bras et m’annonça calmement vouloir assurer la sécurité de Nihon-heika, je ne parvins pas à refreiner mes craintes, même si rien d’inquiétant ne semblait s’être produit. J’essayais de me convaincre que le couple shogunal l’avait autorisée à mettre en place la substitution évoquée quelques heures plus tôt. Après tout, elle avait toute notre confiance, ses actes passés au service de l’empire imposaient le respect, et elle paraissait si paisible qu’il était quasiment impossible de soupçonner quoique ce soit. Elle se rendit ensuite calmement dans l’alcôve où elle souhaitait demeurée seule, portant toujours sous le bras ce que l'empire comptait de plus précieux.

Laissant enfin libre court à mon instinct de yoriki, je vérifiais discrètement sa présence dans l’alcôve, au cas où. Ne l’y voyant pas, je me hâtais de rejoindre les appartements shogunaux, bravant les consignes, afin de m’assurer que tout était normal. Un horrible spectacle m’y attendait. Les corps sans vie d’Harada-sama et Takara-sama étaient lacérés de puissants coups de lame et leur sang maculaient les lieux. Pire encore, Nihon-heika avait bel et bien disparu.

Totalement effondré par ma macabre découverte, je regagnais le cœur du palais et sonnais l’alerte auprès de mon karo et des quelques rares samouraïs présents. Tous les faits semblaient nous indiquer que la sœur à qui nous avions accordé toute notre confiance nous avait trahi et commit le pire des crimes possibles. Il n’y avait plus qu’à se lancer à sa poursuite afin de tenter de sauver notre vénéré empereur. Mais elle semblait avoir tout prévu. Unique yoriki présent, j’étais le seul à même d’ouvrir le passage secret dissimulé dans l’alcôve qui nous permettrait de nous lancer à sa poursuite, mais elle s’était malicieusement assurée que je n’ai plus assez de forces pour m’y employer. Avec un rare sang froid, elle était parvenue à tous nous tromper pour exécuter son funeste plan. Je commençais seulement à réaliser l’effroyable maitrise du coup qu’on venait de nous porter.
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Mer 21 Jan - 18:39

Par chance, un yoriki Yachu, Mariko-san, était arrivé quelques jours auparavant afin de s’entretenir avec le couple shogunal et attendait dans les jardins zen de pouvoir être entendu. Ce détail avait peut-être échappé à la meurtrière du couple shogunal. Son aide fut donc requise, et plusieurs heures après la fuite, le passage secret s’offrait enfin à nous. Nous allions enfin pouvoir nous lancer à la poursuite de celle qui n’avait pas hésité à hotter la vie des très sages Harada-sama et Takara-sama pour s’emparer de Nihon-heika.

Malheureusement pour nous, seul Hiryuu-sama était en mesure de se lancer à sa poursuite. Or la meurtrière avait déjà une sérieuse longueur d’avance et nous ignorions de quelle complicité elle avait pu bénéficier pour assassiner de la sorte deux des plus grands samouraïs de l’empire. Après avoir perdu son daymio et sa dame, notre clan allait-il risquer de perdre son karo ?

Nous ignorions quelles étaient les intentions profondes de la meurtrière, mais à aucun moment nous n’avions envisagé qu’elle puisse conduire Nihon-heika dans le meido. Nous pensions alors qu’elle porterait l’empereur auprès d’un des candidats au shogunat. A aucun moment, l’idée qu’un samouraï qui quelques heures plus tôt avait encore l’estime de tout l’empire puisse avoir une telle idée. Si nous avions su… Aussi, nous parvînmes à convaincre notre karo d’abandonner la poursuite pour se consacrer au redressement d’un clan qui venait d’être doublement décapité.
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Mer 28 Jan - 19:25

Tandis que nombreux étaient les samouraïs Osamaru à revenir à Kyuden Seigikami, je me penchais avec l’aide de Mariko-san sur les corps sans vie du couple shogunal. Les fusuis avaient tenté de les ranimer mais en vain. Il me fallait désormais essayer de comprendre comment une femme seule, aussi expérimentée soit elle, était parvenue à ôter la vie à 2 des meilleurs samouraïs de l’empire. Les corps étaient lacérés de nombreux coup de couteau et il était difficile de dire si l’assassin avait agit seul ou non. L’inquisitrice en chef de l’empire avait elle été amenée à faire usage d’une magie interdite pour arriver à ses fins? Nous ne le saurons sans doute jamais. C’est Nihon-heika en personne qui vint nous apporter quelques éléments de réponse en songe. Quelle horreur ce fut d’apprendre sa disparition dans le Meido. Nous pensions que cette tragédie était l’œuvre d’un aspirant au shogunat, et voilà que nous apprenions que notre guide suprême avait peut-être disparu pour toujours.

Nous n’avions toutefois guère le temps de nous appesantir sur la question. Notre clan devait se relever et il convenait d’édifier au plus vite les buchers funéraires pour le couple shogunal. Harada-sama et Takara-sama devaient pouvoir entreprendre paisiblement leur dernier grand voyage. Tous ensemble, nous mîmes plusieurs jours à les édifier mais le résultat était à la hauteur de ces 2 valeureux samouraïs, très grands, magistraux, grandioses, forçant le respect et l’admiration, ...
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Ven 30 Jan - 21:48

Alors que les funérailles touchaient à leur fin, une délégation Torayama arriva, menée par son daimyo, Mitsuoto-sama et son karo, Kioji-sama. L’un des 2 derniers prétendants au poste de shogun venait chercher notre soutien, et il l’obtint. Nous partagions une certaine vision de l’empire. Je me rappelle que nous regrettions notamment l’influence qu’Eo-sama avait sur son époux, Fusanori-sama.

Malheureusement, un incident mineur éclata et prit rapidement des proportions qu’il n’aurait jamais du atteindre.
Torayama Ashinobu-san se permit d’intervenir pour contester la légitimité du clan Osamaru, né de l’union d’Harada-sama et Takara-sama après la mort de Nihon-heika. Karasu Shunbin-sama, alors simple samouraï Osamaru, y vit là une critique trop marquée et critiqua à son tour l’attitude du jeune Torayama. En retour Ashinobu-san attaqua Shunbin-sama et le blessa. Kioji-sama et Mitsuoto-sama durent intervenir pour faire cesser le combat. Le daimyo Torayama précisa qu’il n’appréciait pas que Shunbin-sama critique l’un de ses samouraïs. Hiryuu-sama défendit alors Shunbin-sama. Mitsuoto-sama n’apprécia pas le ton sur lequel Hiryuu-sama lui répondit, n’étant « que » karo à ses yeux. Il invoqua alors Meiyo, l'esprit de son arme. Le bankaï résultant de leur union mystique nimba le daimyo Torayama d'une Aura de Férocité. Le daimyo Torayama s’avança ainsi vers notre karo. Tout alla alors très vite. Nous étions trois shunôs autour de notre karo, Manji-san, Natsumi-san et moi-même, et nous fîmes ce que le devoir nous dictait. Nous nous interposâmes. Un coup d’une incroyable puissance me fit perdre connaissance. La suite me fut racontée. Les uns après les autres, nous tombâmes sous les puissants assauts du daimyo Torayama. Mitsuoto-sama s’attaquait désormais à Hiryuu-sama. Pour sauver son maitre, le jeune Osamaru Akira-san ordonna alors aux troupes du palais d'abattre l'Invincible Guerrier. En un instant, le daimyo Torayama et son karo girent au sol, terrassés sous le nombre. Pour une raison qui m’échappe encore Akira-san acheva Mitsuoto-sama et Osamaru Hajime-san réserva le même sort à Kioji-sama. Osamaru Ikaru-san, horrifié par ce comportement, engagea Akira-san en duel, ce à quoi Hiryuu-sama donna son approbation. Après avoir félicité Akira-san d’être intervenu si rapidement pour lui sauver la vie, Hiryuu-sama condamna fermement le geste qui l’avait amené à achever le daimyo Torayama. Ikaru-san mit fin à l’existance d’Akira-san afin de laver l’honneur du clan. Hajime-san, parfaitement conscient du déshonneur de son acte, demanda à se faire seppuku, ce qui lui fut accordé. Afin de tenter d’apaiser la colère des Torayamas, mais surtout pour laver l’honneur du clan tout entier, Hiryuu-sama décida de se faire seppuku à son tour.

En quelques jours à peine, l’Empire venait de perdre son empereur, son seul shogun légitime à mes yeux, l’épouse et le karo de ce dernier, un des plus puissants daimyos de l’empire, ainsi que le karo de ce dernier. Que de grandes pertes pour l’empire…


Dernière édition par Hoshi le Mer 20 Mai - 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Lun 16 Fév - 18:23

Dans le même temps, Yojiro-sama annonçait le divorce du clan Osamaru, le clan Seigikami reprenant son indépendance. Je quittais donc Kyuden Karasu pour rejoindre mon nouveau daymio à Kyuden Seigikami. J’y suis arrivé quelques jours avant le départ d’une grande partie du clan pour le grand conseil impérial qui devait précéder une campagne conter l’Ombre et trouver un shogun reconnu de tous pour l’empire. Pendant ce temps là, en tant que seul officier présent, j’avais la charge de veiller sur le kyuden et sur nos terres. Aya-san, Makoto-san, Chujiro-san, Kazuyoshi-san et Suzaku-san étaient restés pour m’y aider.

Nous reçûmes tout d’abord la visite de Karasu Amaya-san. Cette dernière sollicitait notre aide pour se rendre en terre Ryushin, au lac du Dragon pour être précis, afin de trouver un moyen de ramener Nihon-heika du Meido. J’avais quelques craintes sur cette idée et je sollicitas donc les conseils avisés d’Aya-san dont les connaissances sur le Meido et sur la magie qui y est liée sont toujours précieuses. La discussion durant, craignant peut-être que je l’empêche de repartir, Amaya-san fuit et elle me contraint à dégainer mon katana pour l’arrêter dans nos écuries. Après de longues heures de discussions, nous parvînmes à clarifier plusieurs points. Aya-san et moi émirent toutefois un certain nombre de réserves sur la mission que s’était fixé Amaya-san et je lui adjoignis Makoto-san afin de s’assurer de sa sécurité mais surtout afin de vérifier qu’elle n’enfreigne aucune des lois fixées par Nihon-heika. Alors qu’elle s’était engagée à ne pas fuir de nouveau, c’est pourtant ce qu’elle fit dès que l’occasion lui en fut donnée. A ce moment même, Shunbin-sama, son daymio, nous priait de lui communiquer son opposition à cette mission et lui demandait de revenir au plus vite à Kyuden Karasu.

Nous allions nous lancer une nouvelle fois à sa poursuite lorsque nous reçûmes une autre visite. Il s’agissait de 5 puissants et terrifiants samouraïs Yugi, repérés par Aya-san à notre poste frontière et vraisemblablement en route pour notre Kyuden. L’alerte sonnée, nous nous réunîmes aux portes du Kyuden, prêts à donner nos vies pour défendre sans doute l’un des plus précieux trésors de l’empire, les textes emprunts de l’infinie sagesse de Nihon-heika. Nous apprîmes par la suite que ces Yugis avaient en effet pour intension de bouter le feu au Grand Hall de Justice, sans doute dans l’espoir de plonger l’empire dans le chaos qui résulterait de la disparition de ces textes de loi. Nous n’eûmes pas le temps de faire appel à la garde du palais que chacun d’entre nous était engagé en combat par l’un de ces terribles samouraïs venu de la terre des Ombres. De part et d’autres, le combat était magnifique. Seigikami comme Yugi se battaient avec une férocité et une dextérité admirable. Grâce aux puissants kidos d’Aya-san, nous parvînmes à prendre un temps l’avantage sur les Yugi avant que ces derniers ne le reprennent et ne nous plongent dans une situation particulièrement délicate. Si un seul d’entre nous fléchissait, le Yugi libéré risquait de s’empresser d’assouvir sa sinistre mission, et plusieurs d’entre nous étions dans un bien triste état.

Heureusement, nous reçûmes alors la visite providentielle de Torayama Teijo-san. Bien que le légendaire code d’honneur Torayama invite à n’attaquer un adversaire qu’à un contre un, Teijo-san consentit à nous venir en aide en s’attaquant au Yugi dont je ne parvenais pas à me défaire. Grâce à lui, les samouraïs Yugi purent enfin être tout à fait neutralisés et la menace qui guettaient Kyuden Seigikami parfaitement écartée. Je lui exprima ma gratitude au nom des Seigikami et m’engagea sur l’honneur à lui rendre la pareille dès que la situation le permettrait.

C’est ainsi que l’ère des 3 shoguns prit fin à Kyuden Seigikami…


Dernière édition par Hoshi le Sam 30 Mai - 20:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Lun 20 Avr - 19:52

C’est sous le coup de l’émotion que je rédige ces quelques lignes. En effet, s’offre à moi le pire spectacle de ma longue et modeste vie. Kyuden Seigikami est en flammes. Mon kyuden est en flammes.

Durant de longues semaines, mes obligations de karo m’ont contraintes à demeurer à kyuden Seigikami. De nombreuses délégations y furent reçues. Presque tous les daimyos de l’empire y séjournèrent. La paix entre les clans Torayama et Saru y fut restaurée. Une alliance avec les clans du nord y fut forgée. L’avenir de l’empire y fut longuement discuté. De nombreuses découvertes et de vieilles connaissances y furent dévoilées. De grandes discussions y furent menées. De graves accusations y furent lancées. La vie à Kyuden Seigikami fut pour le moins riche ces dernières semaines.

Mais c’était la première fois depuis des lunes que je m’absentais du kyuden de mes ancêtres. Avec l’autorisation de Yojiro-sama, je partais me former avec plusieurs de mes frères à l’art de la guerre au sein de notre shiro. Cela ne fait que 3 jours que je sens de nouveau le vent voler dans mes cheveux. Mais quel bien triste spectacle s’offre désormais à moi.

Je cours aussi vite que mon vieux corps me le permet vers Kyuden Seigikami mais je sais déjà au fond de moi qu’il sera trop tard. La fumée est trop épaisse et déjà trop haute dans le ciel. L’horizon rouge sang n’augure rien de bon. Pas besoin d’être yoriki pour comprendre ce qui a frappé Kyuden Seigikami et ce qui m’attend au bout de ma course. Je n’espère plus qu’une chose, arrivr à temps pour tenter de sauver Yojiro-sama et le plus de mes frères possibles. Les pierres ne sont rien en comparaison de leurs vies.

Pourquoi a-t-il fallu que la horde s’abatte sur Kyuden Seigikami juste durant ma courte absence ? Pendant de longues semaines, j’ai veillé sur les terres de mes ancêtres de mon mieux, allant jusqu’à devenir pesant pour certains de mes frères. Il n’aura fallu que je relâche ma garde seulement que quelques heures pour que la terre des Ombres s’abatte sur la terre de mes ancêtres. Pourquoi le destin me frappe-t-il si durement?

Pourvu que je n’arrive pas trop tard….


Dernière édition par Hoshi le Mer 20 Mai - 10:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Mar 5 Mai - 10:44

J’arrivais malheureusement trop tard. La cité n’était déjà plus qu’un gigantesque brasier qui ne semblait pas devoir s'éteindre avant que le kyuden ne soit entièrement consumé. Des ashigarus évacuaient déjà les corps des leurs et de plusieurs samouraïs meurtris par les coups et les flammes. Ces terres dévastées que je contemplais étaient celles que je foulais depuis mon plus jeune âge. Ces bâtiments en flammes étaient ceux dans lesquels j’avais grandi et servi mon clan. Ces hommes que je voyais en sang étaient des hommes que je côtoyais presque chaque jour avec bonheur. C’était le plus effroyable spectacle qu’il m’ait jamais été donné de voir. Cette souffrance qui submergeait mon corps était si forte qu’aucun son ne parvenait à sortir de ma gorge nouée malgré mon besoin ardent de l’extérioriser en hurlant mon désespoir.

C’est alors qu’on vint m’informer que Yojiro-sama, Chujiro-san et d’autres samouraïs étaient morts en défendant avec une extraordinaire bravoure le kyuden. Ils avaient fait face à la horde menée par la dame démon. Submergés en quelques heures et au terme d'un combat héroïque, Yojiro-sama et Chujiro-san avaient péri sous une nuée d'adversaires. Leurs corps n’avaient pu être évacués à temps et leurs âmes entreprenaient déjà le grand voyage pour le Meido, les archives impériales constituant leur bucher funéraire. Après son kyuden, mon clan venait donc de perdre son daimyo et son shunô. Je demeurais l’unique officier présent. Je ne pouvais fuir mes responsabilités. On me demandait déjà de prendre la succession de Yojiro-sama à la tête du clan. Il allait me falloir relever le clan, pour que le rempart nord de l’empire ne cède pas face aux hordes corrompues de la terre des ombres.

C’est alors que j’aperçu enfin les valeureux samouraïs Torayama venus à notre secours. Ils avaient sauvé de la conquête l’ensemble de nos terres, même s’il semblait être trop tard pour notre kyuden. Plus important encore, ils avaient évité que l’Ombre ne s’ouvre une voie royale vers le cœur de l’empire. Une fois encore, l’empire devait beaucoup aux Torayamas. L’homme venu m’informer de la situation me précisa alors que Teijo-san, le sage karo Torayama, ainsi que Akiko-sama, l’une des meilleures fusuis de l’empire, s’étaient sacrifié en menant une charge héroïque contre l’oni. Saru Saya-san, également l’une des plus sages fusis de l’empire, avait succombé à ce noble combat pour l’empire. De lourdes pertes pour l’empire.

J’irais remercier le clan Torayama pour son soutien dès que possible mais il me faut pour le moment m’occuper de mon propre clan. Promu daimyo en de bien sombres circonstances, il va me falloir redresser le clan Seigikami au plus vite afin qu’il se tienne prêt à repousser la prochaine offensive de l’Ombre, sans oublier notre soutien à l’empire. Face à un kyuden en ruine et à des terres dévastées, il va me falloir trouver rapidement des solutions. La tâche qui m’attend s’annonce difficile mais les loups n’ont pas encore poussé leur dernier souffle. Il faudra bien plus qu’un Oni et ses hordes de bakemono pour venir à bout des Seigikamis. Les loups vont panser leurs plaies et la meute continuera à protéger l’empire de son mieux. Il ne peut en être autrement…


Dernière édition par Hoshi le Mer 20 Mai - 10:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Mer 13 Mai - 16:01

C’est dans des circonstances bien difficiles pour mon clan que je devins le nouveau daimyo Seigikami. Je commençai par rassembler autour de moi les Loups ayant survécu à l’assaut du kyuden. Nous devions essuyer de lourdes pertes mais les survivants étaient plus déterminés que jamais à lutter de toutes leurs forces contre l’ombre pour protéger l’empire.
Notre kyuden en ruine, nous nous en sommes écarté pour retourner aux origines mêmes de notre clan. Nous avons édifié un campement de tentes, au départ sommaire, mais qui avec les efforts de tous s’est progressivement transformé en un camp parfaitement aménagé, propice à l’entrainement de chacun, et digne de recevoir les délégations issues d’autres clans. De sa mobilité, nous nous sommes efforcé d’en faire un atout pour lutter plus efficacement contre l’Ombre.
Désormais semi-nomades, nos samouraïs ont perfectionné leur art de l’équitation, ou s’y sont mis, et il n’est pas rare de voir nos cavaliers fondre sur les hordes de bakemonos qui osent fouler les terres impériales.
Alors même qu’un yoriki accédait pour la première fois depuis longtemps à la tête du clan incarnant la justice au sein de l’empire, la destruction des archives judiciaires de l'Empire a limité nos prétentions en matière de justice au sein de l’empire. Cela n’empêche pas notre clan de continuer à former les meilleurs magistrats de l’empire et la justice de demeurer une valeur importante dans nos cœurs. Mais face à cette guerre permanente qui nous oppose à la terre des ombres, nos priorités se sont adapté. Mes pensées sont désormais tournées vers mon clan, vers la cohésion la plus parfaite possible de l’empire derrière Shunbin-sama ainsi que contre l’ombre.
Deux années ont passé en un rien de temps depuis la ruine du kyuden et je n’ai pas encore eu le temps de me rendre à Kyuden Torayama afin de remercier nos honorables voisins pour leur soutien salvateur. Chaque jour qui passe je me promets de m’y rendre au plus vite. Malheureusement chaque jour qui passe me contraint à demeurer sur mes terres afin de régler une affaire urgente. Mais j’espère pouvoir très bientôt leur rendre les honneurs qu’ils méritent. La nomination de nouveaux officiers m’en donnera peut-être enfin la possibilité.
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Jeu 28 Mai - 22:13

J’ai fini par choisir trois officiers. Chacun ayant des qualités différentes mais complémentaires, j’espère avoir fait le bon choix pour mon clan.

Suzaku-san est un ami en qui j’ai la plus grande confiance. Nous partageons quasiment toujours les mêmes points de vue. C’est un samouraï apprécie de tous, des Seigikamis comme des membres des autres clans. C’est un yoriki d’exception à même de mener les plus difficiles enquêtes ou de déchiffrer tout écrit. Suzaku-san sera mon shunô en charge de la diplomatie, de la justice, du commerce et de la gestion interne du clan.

Fubuki-san est un tenkaï de grande valeur. Elle se montre parfois irrévérencieuse avec moi mais c’est toujours pour défendre des idées qui lui semblent justes. Elle est en mesure de former nos fusuis et nos shugenjas et connaît bien des choses en magie. J’ai toujours eu un profond respect pour les fusuis, contrairement à certains samouraïs de l’empire. Elles sont même totalement indispensables à l’empire. Je tenais à honorer cette branche du clan. Fubuki-san sera donc mon shunô en charge des affaires géomanciennes.

Suya-san est un jeune samouraï. Il manque encore d’expérience mais a pu déjà brillamment s’illustrer lors de l’attaque de notre kyuden par un oni. Il est brave et courageux. Il est le premier de nous tous à avoir compris le vrai avantage que notre clan pourrait tirer de son aptitude à l’équitation. Sa jeunesse est à mes yeux un atout. Je suis déjà bien vieux et il me faut assurer une relève pérenne. De plus, je tiens à montrer à tous nos jeunes samouraïs que chacun a une chance de se voir promu et qu’il n’est pas nécessaire d’attendre trente années pour cela. Suya-san sera mon shunô en charge des affaires militaires et du développement de notre cavalerie.

J’avais longuement hésité avec Eiji-san à ce poste. Mais j’avais pour lui d’autres projets. Je tenais à ce qu’il devienne officiellement mon yojimbo personnel et demeure ainsi à mes côtés lorsque de grandes décisions seraient prises pour l’empire. Je souhaitais ainsi qu’il puisse transmettre les informations essentielles à notre clan si je venais à disparaître et se familiariser un peu plus avec les rouages de la politique impériale. Il aurait ainsi découvert certaines informations confidentielles et aurait pu devenir ensuite shunô, si ce n’est mon karo. Mais, comme j’aurais du m’y attendre, Eiji-san a mal pris la nomination de Suya-san à un poste qu’il estimait lui revenir de droit. Je crains qu’il ne se soit senti blessé dans son honneur et n’ait pas compris les projets que j’avais pour lui. Il est vrai que mon choix d’un jeune shunô aurait pu se porter sur Tomoe-san. C’est une jeune fusui prometteuse qui a le sens de l’étiquette et de la diplomatie, et qui est promise à un grand avenir selon moi. Mais Fubuki-san est autrement plus qualifiée pour se charger des affaires géomanciennes pour le moment.

J’espère que ces trois nouveaux shunôs pourront m’aider à restaurer la splendeur passée du clan Seigikami.
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Ven 29 Mai - 19:50

Alors que je veillais à la bonne marche de notre clan, on vint m’avertir que Eiji-san était parti seul aux ruines du kyuden afin d’y chercher le Seigikami no katana perdu voilà 2 ans dans l’attaque de l’oni de feu. Tombé sur plusieurs dizaines de bakemonos enragés, il se retrouvait malheureusement en difficulté. Rapidement le clan se mobilisa dans son ensemble afin de lui venir en aide. Le combat fut plus difficile que nous ne l’avions imaginés. Nous étions nombreux à être assaillis par près d’une dizaine de bakemonos et ces derniers étaient plus rusés qu’auparavant, s’acharnant sur les samouraïs les plus en difficulté. A chaque fois que nous parvenions à en éliminer un, un second surgissait, souvent accompagné d’un troisième. Nous croulions sous le nombre et nous nous demandions si ce flux incessant de bakemonos pourrait être stoppé un jour. Mais le clan s’était courageusement mobilisé et nous arrivions petit à petit à tarir cette source qui semblait inépuisable. L’avancée de l’Ombre était contenue. L’arrivée d’une délégation Torayama donna le coup de grâce aux derniers bakemonos présents. Ils venaient aimablement s’enquérir de nos nouvelles et n’avaient pas hésité à se jeter courageusement dans la mêlée afin de nous aider contre la terre des ombres, nous dévoilant une fois encore tous leurs talents. Profitant de ce moment de répit, je me mis en route pour Kyuden Karasu afin d’avertir notre vénérable shogun de la situation au nord de l’empire, tandis que nos 2 yorikis, Suzaku-san et Gaisen-san, se mettaient à la recherche du Seigikami no katana.
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Sam 30 Mai - 19:18

La première étape de ce nouveau voyage à travers l’empire m’amena à Kyuden Kistune. J’avais le plaisir d’être accompagné par Basho-san, retrouvé à Shiro Kuhei. Le nouveau daimyo Kitsune, Toshiro-san, me reçu dignement au sein du palais de Jade. Je lui parla de l’équilibre précaire des forces en présence sur la frontière nord de l’empire avec la terre des ombres et de la nécessite pour les clans du nord de s’unir face à cette menace toujours croissante. Sa réponse ne se fit pas attendre et fut à la hauteur de mes espérances. L’aide Kitsune était déjà acquise au clan Seigikami avant même mon arrivée. Disposant de peu de bushis, il me proposait de fournir les armes et armures dont les samouraïs pourraient avoir besoin, à prix coûtant. Un de leur très réputés marchands se tiendrait régulièrement à notre disposition. Il se proposait également de nous fournir gracieusement une dizaine de chevaux pour commencer. Lui indiquant que la plupart de nos samouraïs disposant pour la plupart déjà d’une monture, ce magnifique présent serait converti en armes et armures. Après en avoir remercié Toshiro-san pour le soutien du clan Kitsune, Basho-san et moi reprenions la route pour Kyuden Karasu afin d’obtenir cette fois-ci le soutien de notre vénérable shogun et de l’empire.
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Dim 31 Mai - 23:20

Sur le chemin de Kyuden Karasu, je croisais Kyoujin-san et Mitsuo-san–san, mon homologue Yachu et son karo. Nous regrettâmes tous 3 de ne pas avoir l’occasion de nous rencontrer plus souvent.

Arrivé à Kyuden Karasu, c’est Tsunaka-san, une puissante tenkaï, qui m’accueillit aimablement au cœur du Grand palais, Shunbin-sama s’entretenant avec son karo, Kazegawa-san, à l'abri (tout relatif) d'une alcôve. De la même manière qu’avec Toshiro-san, je fis auprès de notre vénérable shogun une description aussi juste que possible de la situation périlleuse dans laquelle se trouvait l’empire à ses frontières nord. Là encore, je reçus un soutien qui allait au delà de mes espérances.

Shunbin-sama avait décidé que l’empire tout entier participerait à l'effort aux frontières. Karasu, Yachu et Kuma se chargeraient du front sud tandis que Kitsune, Saru et Torayama seconderaient Seigikami au nord. Kitsune devait mettre à la disposition du commandement nord au moins la moitié de ses samouraïs expérimentés et une troupe. De la même manière, Saru devait envoyer quelques samouraïs. Quant aux Torayamas, presque tous leurs samouraïs expérimentés et la moitié de leurs troupes devaient rejoindre la frontière. Telles étaient les consignes de notre vénérable shogun aux daimyos du nord de l’empire. Si l'un de ces clans ne prenait pas les risques nécessaires à l'action contre l'ombre, restait en défense ou ne collaborait pas pleinement en agissant de manière coordonnée avec les autres, Shunbin-sama m’annonçait une réaction implacable et sans appel de sa part. Notre vénérable shogun avait la ferme intention d’obtenir un empire uni et soudé contre l'ombre. Je ne pouvais que l’appuyer dans cette vision de l’empire que je partage pleinement. Le général du front nord devait s'engagera à agir en permanence de manière active, sans attendre que l'ombre mène une attaque. En attendant qu’il nomme explicitement un général au nord, Shunbin-sama me chargeait d’assurer ce commandement.

Après avoir remercié notre vénérable shogun pour son soutien, je l’assurais que le nord de l’empire serait uni face à l’Ombre. Cela ne faisait aucun doute dans mon esprit après le soutien Torayama et Kistune que j’avais déjà obtenu par ailleurs. J’étais honoré par le commandement dont me chargeais Shunbin-sama mais il me semblait que Tsukiro-san, mon homologue Torayama, serait plus à même de mener les forces du nord de l’empire. Le clan Torayama est versé depuis bien plus longtemps que le clan Seigikami dans l’art de la guerre et la réputation de son daimyo en la matière n’est plus à faire. Même si comme tous les samouraïs de mon clan, je m’efforce de défendre au mieux l’empire, l’arme à la main quand cela s’avère nécessaire, je sais reconnaître les hommes qui ont de plus grands talents que les miens, et c’est le cas de Tsukiro-san au niveau militaire. Cela fait des années que je ne suis nullement attaché aux honneurs et que seule la préservation de l’empire me soucie. Aussi, je priais Shunbin-sama de confier le commandement du front nord de l’empire à Tsukiro-san pour toutes les raisons que je viens d’évoquer, tout en l’assurant de mon engagement le plus total envers l’empire et envers son shogun. Shunbin-sama en parlerait à Tsukiro-san, une fois le tournoi de l’aurore passé.

J’évoquais aussi avec Shunbin-sama la possibilité de transformer les ruines de kyuden Seigikami en shiro afin de pouvoir repousser plus efficacement les assauts de l’ombre. Enfin, Kazegawa-san m’informa que la commande en médaillons de Jade que nous attendions depuis plus de deux ans avait pris un certain retard suite à la mort du marchand qui en avait été chargé et le karo Karasu me priait de bien vouloir l’en excuser.

Mon entretien avec notre vénérable shogun, je repartais avec Basho-san au grand galop vers les terres Seigikami où de rudes combats contre la terre des Ombres nous attendaient.
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Mar 2 Juin - 17:59

Sur le chemin du retour, Basho-san et moi sommes passés par notre shiro afin d’en ramener nos dernières troupes cantonnées là bas. Arrivé sur nos terres, nous avons eu la bien malheureusement surprise de retrouver Suya-san et Suzaku-san morts. Deux des trois shunôs que je venais de nommer avant mon départ n’ont visiblement pas survécu aux lourds combats contre la terre des ombres. Heureusement Tsukiro-san et ses hommes sont arrivés en soutien et après plusieurs jours de difficiles combats le contrôle des ruines impériales a pu être assuré assez longtemps pour évacuer les nombreux blessés dans les rangs de l’empire. Mais ce n’est rien comparé aux ravages qui ont été faits dans les rangs de la terre des Ombres.

J’ai profité de l’occasion qui m’était enfin donnée pour remercier Tsukiro-san du soutien que son clan apporta au mien voilà 2 ans. Puis, je l’ai informé des décisions de notre vénérable shogun.
Tsukiro-san doit repartir avec nombre de ses hommes à Kyuden Torayama pour l’organisation du tournoi de l’aurore. Ses meilleurs samouraïs et ses troupes resteront toutefois aux côtés des Seigikamis afin de poursuivre une surveillance la plus efficace possible de la terre des Ombres. La situation reste malgré tout préoccupante. Nombreux sont les blessés qui m’entourent, parfois grièvement, et seule Torayama Pimiko-san est en mesure de les soigner. Bien qu’elle fasse de son mieux, elle aurait grandement besoin d’aide pour remettre nos samouraïs sur pied. De l’autre côté des ruines du kyuden se trouve notre campement. Fubuki-san, Tomoe-san et Keisuke doivent s’y trouver et seraient en mesure de soigner nos blessés. Si l’ombre décide de mener une offensive vers le bois des esprits, je crains que nous éprouvions de grandes difficultés à leur porter secours dans les conditions actuelles. De plus, nous attendons encore l’arrivée des renforts Sarus qui risquent de se retrouver piégés par la horde de bakemonos aux ruines du kyuden s’ils ne sont pas prévenus à temps du danger. Il me faut donc retourner au plus vite au campement Seigikami, de l’autre côté des ruines, afin que le déménagement du campement jusqu’ici puisse être mené, que les samouraïs s’y trouvant puissent se retrouver en sécurité, que les blessés m’entourant puissent être plus rapidement soignés, que les Sarus soient prévenus à temps, et en définitive afin que l’empire puisse contrer la terre des Ombres.

Je sais que les ruines du kyuden sont infestées d’un très grand nombre de bakemonos, et qu’il y a de grandes chances que je ne parvienne pas à les traverser assez rapidement pour en ressortir vivant. Je suis conscient de ces risques mais il est de mon devoir d’assurer la défense de l’empire, coûte que coûte, comme je l’ai toujours fait. Je me garde toutefois bien de faire état de ces risques devant mes hommes, ne voulant surtout pas les inquiéter. Je les rassure au contraire. Hadera-san désire me suivre. Je la sais en quête d’une mort courageuse et honorable face à la terre des ombres depuis la ruine de Kyuden Seigikami et j’accepte donc qu’elle court les mêmes risques que moi. Tout comme Hadera-san, je flatte l’encolure de mon cheval de guerre. Dans quelques heures, de sa vitesse à traverser les ruines ma vie dépendra.


Dernière édition par Hoshi le Jeu 4 Juin - 0:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hoshi
Daimyo
avatar

Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   Lun 22 Juin - 18:35

C’est avec une profonde émotion que je reprends humblement ces mémoires. Pour l’empire, pour le clan Seigikami, pour les générations futures, je me devais de poursuivre cette œuvre.

Les forces de l’Ombre avaient envahi les ruines de kyuden Seigikami. Le campement des Loups, aux abords du bois des esprits, était isolé et sans grande défense. Le soutien que devait nous apporter le clan Saru risquait d’être anéanti par les forces de l’Ombre s’il n’était pas prévenu à temps. Déplacer le campement ne pouvait se faire que sous le haut commandement de notre vénérable daimyo. Or, rejoindre le campement sans passer par les ruines du kyuden aurait nécessite un interminable détour alors que le temps nous manquait cruellement. Aussi, courageusement, n’écoutant que son devoir, Hoshi-sama tenta de traverser les ruines envahies par les forces de l’Ombre afin de venir en aide aux samouraïs de l’empire, aux Seigikamis demeurés au campement, aux Sarus devant arriver, et plus largement à tous ceux pour qui la terre des Ombres était une menace mortelle. Fidèlement, Hadera-san l’accompagnait.

Malheureusement, la puissante monture de guerre de Hoshi-sama ne parvint pas à se frayer un chemin parmi la vaste meute qui avait envahi les ruines du kyuden. Après être arrivée à esquiver les assauts d’une dizaine de bakemonos assoiffés de sang, un maraudeur bakemono un peu plus agile que les autres finit par l’arrêter. Face aux dizaines de bakemonos amassés devant les ruines de l’ancien kyuden, certains auraient été transi de peur et auraient fui, mais ce n’était pas le cas du daimyo Seigikami. Courageusement, Hoshi-sama tenta d’occire rapidement le bakemono qui lui barrait le chemin afin de reprendre son chemin sans entacher son honneur. Mais très vite, d’autres bakemonos se ruèrent sur lui, le submergeant de toutes parts. S’en suivit alors un mémorable combat.

Pendant ce temps là, Harada-san était revenue sur ses pas afin de prévenir les nombreux samouraïs demeurés au poste frontière. C’est une Torayama qui fut la première à se porter au secours du daimyo Seigikami, avant même que Hadera-san n’ait le temps de revenir. Aya-san était très courageuse et se comporta de manière exemplaire durant tout le combat contre la terre des Ombres. Suivirent un autre Torayama, Banuken-san, désireux d’honorer le serment qui le liait à Seigikami Benkei-san selon lequel il devait s’employer à resserrer les liens entre le clan du loup et celui du tigre, et cinq samouraïs Seigikami aux côtés de Hadera-san : Chino-san, Kazuyoshi-san, Basho-san, Katsuo-san, et Nikorasu, ce dernier honorant son serment fait à Yojiro-sama.

Hoshi-sama ne parvenait pas à voir les samouraïs qui lui portaient courageusement secours face à la terre des ombres, tant il était assailli de toute part, mais il les entendait se battre dignement, avec courage et abnégation pour l'empire. Certains racontent qu’il aurait pleuré de voir tous ces nobles samouraïs mener un combat qui s’annonçait perdu d’avance face aux créatures de la terre des Ombres en nombre largement supérieur. Hoshi-sama du ainsi faire face à près d’une trentaine de bakemonos et autres yugis qui s’acharnaient sur lui. Hoshi-sama avait beau lutter de son mieux, ne relâchant à aucun moment sa garde, petit à petit, le cercle qui l’entourait se densifiait et se resserrait. Il devait essuyer perpétuellement de nouvelles attaques. Il se retournait en permanence afin de faire face aux adversaires qui n’hésitaient pas à l’attaquer dans le dos. C’était une véritable danse martiale qu’exerçait Hoshi-sama pour faire face aux dizaines de créatures venues de la terre des Ombres qui l'encerclaient. Pendant près de vingt-quatre heures, le daimyo Seigikami lutta ainsi, parvenant magistralement à esquiver la quasi totalité des attaques, et son armure encaissant les quelques rares qu’il n’était pas parvenu à éviter. Mais après près d’une journée complète de lutte acharnée, le cercle qui l’entourait était si dense qu’il n’était plus qu’une muraille métallique, impénétrable et tranchante. Le cercle était si resserré autour de lui que se mouvoir en son sein relevait de l’art de la contorsion. Après avoir combattu pendant près de vingt-quatre heures sans verser la moindre goutte de sang, la dernière heure sonna le glas du daimyo Seigikami.

Voilà comment est mort Hoshi-sama, valeureux shunô d’Harada-sama, fidèle karo de Yojiro-sama, honorable daimyo du clan Seigikami. Il s’est éteint comme il a toujours vécu, au service de l’empire, avec courage et honneur.

Je conclurais humblement cet ouvrage par le conseil que Harada-sama avait confié à Hoshi-sama et qu’il aimait transmettre.


Loups, demeurez humbles et fiers
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seigikami Hoshi, vie et mort d'un daimyo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La mort d'Hyacinthe engendrant la jacinthe.
» Philippe khorsan est mort
» Un génie méconnu mort à 26 ans: Gideon Klein (1919-1945)
» [WDW] 2 monorails se percutent - 1 mort
» mort du dernier héros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum officiel de SoleilRouge :: LES FORUMS GENERAUX :: LES CHRONIQUES-
Sauter vers: