Le forum officiel de SoleilRouge

Bienvenue sur le forum officiel du jeu.
 
Revenir au jeuRevenir au jeu  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mémoires

Aller en bas 
AuteurMessage
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Mémoires   Lun 7 Avr - 17:36

386. Kyuden Torayama.

Le vent glacial des montagnes du nord griffe le visage de Mitsuoto mais rien ne peut y faire, le garçonnet de dix ans continuent inlassablement de courir dans les ruelles de Kyuden Torayama. Rattrapant un autre garçon, il l'agrippe fermement avant de lancer à son rencontre :

-Encore attrapé Saasaki-kun ! A toi !


Repartant en sens inverse à toute allure, il zigzague de nouveau, évitant heimins, nômins et ashigarus du mieux qu'il peut, jetant de fréquents regards en arrière. Parcourant le grand bazar de long en large, remontant par la ville basse, déboulant sur la place d'armes, le garçonnet ne fait pas attention et rentre dans un samouraï. Se relevant avec peine, il écarquille les yeux avant de baisser la tête, reconnaissant le personnage.


-Matsudaira-senseï, je suis désolé, je ne vous avais pas vu...

-Mitsuoto-BAKA ! Cela fait deux heures que je te cherche inlassablement dans le Kyuden. Où étais-tu passé, encore à jouer avec ces chiens de heimins ? Saito-sama est hors de lui, tu es encore en retard pour tes leçons !


Le vieil homme qui lui fait face, Daisho glissé dans son Obi, porte le mon Torayama sur son kimono avec prestance malgré le poids que les âges font peser sur sa personne. Avec force, il attrape le jeune garçon par une oreille et, sous les sourires amusés des bushïs du clan vaquant sur la place d'armes, il l'emmène vers le hall de la maison familiale.

-Saito-sama, voici votre fils, il jouait dans les ruelles encore avec ces gamins de shunins de la ville basse.

Le garçonnet garde la tête baissée, il n'ose pas relever la tête vers l'homme vieillissant qu'est son père, les mains tremblantes.
Celui-ci s'approche avant de s'adresser à lui, la voix portant.


-Relève la tête !

-Haï Saito-sama !


Une gifle violente envoie valdinguer Mitsuoto quelques centimètres sur le coté, alors que le vieux Senseï tente de rattraper l'enfant avant de s'arrêter devant le signe de tête négatif du père.

-Baka ! Tu me fais honte ! Tu fais honte à notre famille par ton comportement ! Nous servons le clan Torayama depuis des centaines d'années, nous avons toujours été des combats les plus décisifs et je me fais une fierté de mettre toutes nos ressources à disposition de Jotaro-sama et toi, regarde l'image que tu donnes de nous !

Le jeune garçon sent les larmes lui venir, il murmure quelques mots incompréhensibles qui n'atteignent pas le père, continuant son sermon.


-Tu n'as pas réussi à suivre les enseignements de Yoriki et je ne veux pas que tu t'orientes vers une carrière de Shunin ou de Teishin...
Tu vas continuer à manier le sabre, à parfaire ton Kenjutsu que cela te plaise ou non, ton gempukku n'est que dans cinq courtes années.
Matsudaira ! Qu'il ne sorte pas d'ici excepté pour aller s'entrainer dans le dojo du clan.

-Hai Saito-sama !


Le vieux Senseï attrape Mitsuoto par le bras, le relève brutalement avant de l'emmener vers la cour de la demeure où un râtelier avec deux bokkens attend le garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Lun 7 Avr - 22:21

391. Kyuden Torayama.

La place d'armes est on ne peut plus silencieuse. Tous les bushïs du clan sont regroupés autour du Daimyo, Torayama Jotaro, selon leurs revenus et leur rang, la hiérarchie du clan Torayama étant constituée exclusivement de bushis. A la droite du plus grand duelliste de tous les temps, se tient Torayama Kaito, tout jeune karo. A quelques pas de lui les shunos, dont Shigenobu qui fera parler de lui quelques années plus tard. A quelques mètres en retrait du Daimyo du clan, Takaïchi semble veiller sur son modèle, on ne peut plus stoïquement. Ces hommes sont jeunes, très jeunes. Une vingtaine d'années à peine mais la tâche qui leur incombe n'attend pas que les ans passent.

La mine patibulaire, Torayama Saito sied en silence, l'homme aux cheveux grisonnants attend, impassible. Puis ils viennent, une douzaine de jeunes filles et garçons, habillés simplement, sans mon sur le kimono, sans armes portées. Ils se mettent en ligne devant le daimyo, s'asseyent puis baissent la tête et la posent au sol.
Le vieux Matsudaira s'avance alors, puis après un hochement de tête de Torayama Jotaro, prend la parole d'une voix posée.


-Torayamas !
Jeunes gens...
Vous tous avez accompli, certains avec brio, les épreuves de votre Gempukku. Les plus brillants auront l'honneur d'être appelés en premier pour recevoir les attributs de leur nouvelle fonction de Samouraï du fier clan Torayama.


Le silence se fait, coupant les paroles du Sensei avant que celui-ci reprenne.

-Bien, commençons.

Torayama Miyoko ! Lève toi.

-Hai !


Une jeune femme lève la tête, fière, puis se met debout. Le daimyo s'approche alors, lui tend un sabre de bonne facture ainsi qu'un kimono avec le mon du clan. L'adolescente s'en vêtit puis range le sabre d'un geste assurée dans son Obi, avant de s'aplatir.

-Domo arigato Torayama Jotaro-sama, je servirai le clan du mieux que je peux, domo arigato...

Elle se recule alors puis regagne sa place.
Matsudaira poursuit alors ses appels.

-Torayama Akiko !

-Hai !


Pour Akiko, pas de sabre mais un petit pécule.

-Torayama Matsuo !

-Hai.

-Torayama Mizuko !

-Hai !

-Torayama Ayanami !

-Hai.

-Torayama Tomasu !

-Hai...


Les noms s'enchainent, les remises de sabres et de kimono également. Les appelés ont du mal à dissimuler le sourire qui anime leur visage, la fierté se lit aussi, grosse comme les montagnes du nord...

-Et enfin...Torayama Mitsuoto !

Le père grimace et baisse la tête alors que le sabre est remis à son fils. Murmurant à son voisin, il ne cache pas sa déception, fusillant Mitsuoto du regard.

-Encore dernier, toujours dernier... Un Torayama doit-il se complaire dans la défaite ?

Souriant, l'homme lui répond une main sur l'épaule.

-Laisse-le grandir Saito-san, tu ne peux pas en faire le meilleur des combattants du jour au lendemain...
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Mer 9 Avr - 22:37

391. Kyuden Torayama.

C'est une journée comme tout autre à Kyuden Torayama. Malgré l'arrivée récente du printemps, l'air se fait frisquet à l'intérieur des murailles.
Dans le dojo du clan, les entrainements vont bon train, les jeunes entrechoquent leur bokken indéfiniment, tentant de trouver la faille dans la garde de l'adversaire, sous les yeux critiques des plus âgés.

De temps en temps, le clan a l'honneur de voir le daimyo Jotaro entrer sur le tatami et effectuer quelques katas et quelques duels au bokken. Devant ce duelliste invaincu, aucun adversaire ne semble de taille, les coups sont précis, puissants et rapides.

Mitsuoto échange quelques passes avec Midori, une bushi-ko de son âge ainsi qu'avec Matsuo, sans réussir à imiter aussi facilement les mouvements fluides des ainés.
Absorbé par le combat, l'adolescent n'entend par son shûno, Shigenobu entrer dans le dojo et l'interpeler vivement. Celui-ci revient une deuxième fois, manifestement pressé.

-Mitsuoto ! Sur la place, dépêche toi ! Nous ne t'attendrons pas Yona-san et moi-même !

Le temps de baisser les armes, de saluer et de quitter le dojo selon les règles élémentaires, Mitsuoto se retrouve essoufflé sur la place d'armes du clan, se mordillant la lèvre inférieur en ne trouvant pas l'officier Torayama.


-Ah Mitsuoto-san ! Te voilà.

-Gomen Nasai Kaito-sama, j'ai été distrait, je n'ai pas su répondre rapidement à la requête de Shigenobu-sama...


Le karo balaye les paroles du jeune homme de la main avant de lui tendre un parchemin.


-Va porter ce message à Yatagarasu Fujiwara-dono, Kitsune Matsuchiko-dono et Kuma Miyako-dono. Tu peux aussi le livrer à leur karo, mais fais vite.

-Hai Kaito-sama !


Le jeune homme emporte la lettre, sort du Kyuden et se dirige vers les terres du sud, d'un pas rapide en se répétant sans cesse l'intitulé du message:


[Torayama Jotaro, daimyo du clan Torayama déclare que Torayama Yumura ne fait plus partie du clan Torayama et se nomme désormais Yumura]

*Mitsuoto, il n'est plus question de jouer, désormais. A toi de montrer ta valeur au clan, bon sang ! Fais la fierté de tes ancêtres...*

Les routes sont saines dans l'empire, le jeune bushi ne met que peu de jours à atteindre Kyuden Karasu. Ignorant les innombrables courtisans, il s'approche du Shogun, effectue les salutations d'usage, baisse la tête puis délivre son message, le front posé au sol. L'immense conjugué de pouvoir qui lui fait face sourit puis le renvoie d'un geste, une fois le message entendu.
Le reste du chemin vers Kyuden Kitsune et Kyuden Kuma est aussi rapide, seuls quelques bandits et ronins en maraude tentent d'entraver les pas du Torayama. Celui-ci prend peu à peu confiance en lui et le travail accompli l'emplit de fierté lorsqu'il s'agenouille devant son karo pour faire son rapport.
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Mer 16 Avr - 1:25

391. Montagnes du nord.

Le petit groupe de samouraïs avancent difficilement mais surement dans la neige fraiche malgré le froid qui engourdit progressivement les pieds et mains. Ils grimpent haut vers les montagnes septentrionales du clan, terres dénuées pratiquement de tous vestiges de civilisation, la grosse moitié n'ont passé leur gempukku qu'il y'a quelques mois de là.
Le chef de guerre ronin, Gunzo, semblait avoir parlé avant de mourir: Il servait Sakiko no Yurei, une Mahotsukai qui animait les morts pour les faire combattre à son compte.
Le jeune Mitsuoto ne cherche pas à en savoir plus, il suit son karo, Torayama Kaito, accompagné de Miyoko, Matsuo et Akiko. Avec eux, des samouraïs Yatagarasu, Soyokaze, remarquable fusui ainsi que Kazan, vainqueur du dernier tournoi de l'aurore, porteur du Senseï No Katana.
Le petit groupe atteint les cimes des montagnes après de longues heures de marche. Devant eux, un temple en ruines se dévoile. Les katanas dégainés, les bushis avancent lentement guettant les moindres mouvements. Derrière les deux fusuis préparent leurs kidos. Mais rien.
Il faudra fouiller pour trouver un passage menant vers des sous-sols.
La pierre lisse est noire, le couloir sent les ténèbres à plein nez, le silence est de mort.
L'œil alerte mêlant curiosité et appréhension, Mitsuoto ne quitte pas d'une semelle une des deux cousines, Torayama Miyoko qui avance quelques pas devant lui, sans hésitation. La chevelure noire de la jeune fille et l'obscurité de la crypte empêchent le jeune bushi de distinguer les traits de la samouraïko même s'il semble apercevoir le fin visage lorsqu'elle tourne la tête.
Débouchant dans une salle obscure, les samourais grimacent devant le spectacle qui s'offre à eux: des os d'enfants, un pentacle maléfique teinté de sang. Au centre une ombre, Sakiko. Autour de la sorcière, des guerriers Yurei, anciens bushis torayamas laissés sans sépultures lors de la guerre entre clans Torayama et Ryushin. Très vite, le combat s'engage, les spectres encaissent remarquablement bien les coups et empêchent quiconque de s'approcher de Sakiko. Les quelques kidos lancés par les fusuis sur la sorcière ne semblent pas parvenir à briser la défense. Le pentacle saignait de plus en plus, Sakiko s'activait, entourée d'une colonne de lumière.
Le reste se passa si vite, Mitsuoto resta presque interdit: Les fusuis s'activèrent et utilisèrent leur magie pour contrer celle de la sorcière. Kazan, le champion de l'aurore, planta son sabre dans le pentacle et la lumière s'éteignit
Les bushis se ruèrent alors vers la sorcière et la tuèrent sans autre forme de procès. La victoire semblait être cruelle, plusieurs des leurs gisaient dans leur sang même si tous se relevèrent.
Les spectres restants, privés de leur maitresse, disparurent. Les samouraïs quittèrent au plus vite les lieux, emportant les blessés, sans un regard derrière eux.

Est-ce cela qu'il fallait faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Mar 2 Sep - 11:58

392. Kyuden Torayama.

Quelques mois ont passé mais chez les tigres de la montagnes il n'en parait rien, tant le clan Torayama semble être conservateur à l'extrême. Une nouvelle cérémonie a eu lieu il y'a quelques jours et le dojo s'emplit de jeunes bushis ardemment pressés de montrer de quoi ils sont capables, qu'importe les coups reçus. Le désir de ressembler et de dépasser les meilleurs guerriers du clan est bien là et, souvent, les combats n'ont, pendant seulement quelques minutes, plus rien d'amicaux. Les querelles doivent être réglées, même entre frères, si minces semblent-elles être. Sans importance ?
Pas pour les Torayamas.

Mitsuoto, lui, a grandit et désormais le regard que pose Torayama Saito, son vieux père, n'est plus teinté de mépris. Le jeune bushi est devenu plus renfermé, plus froid et lorsqu'il croise les jeunes garçons turbulents, son lointain passé, il ne leur jette pas même un regard.

Aujourd'hui, il accompagne son père dans le hall des ancêtres, leur seigneur veut les voir.
Torayama Jotaro les fixe de son unique œil, patibulaire. Le grand bushi commence à accuser le poids des âges mais aucun samouraï de l'Empire ne tenterait une seconde sa chance contre le daimyo du clan Torayama. Mais sa voix porte toujours.

-Saito-san, c'est lui ? As-tu fait ce que je t'avais demandé ?

-Hai. Hai Jotaro-sama, c'est lui. Il est fin prêt, même si j'ai eu du mal mon Seigneur.

-Parfait, je suis content de toi Saito-san, seul compte ce qu'il est devenu, le reste n'a pas d'importances. Peut-être...


Il jette un regard vers l'extrémité de la pièce, là où se tient un tout jeune garçon de cinq courtes années, assis, seul, à méditer.

...peut-être te confierais-je Seijuro-kun le moment venu. Il est encore un peu jeune. C'est tout.


Torayama Saito et Torayama Mitsuoto s'incline alors de nouveau, simplement, le daimyo Torayama n'aime guère que ses samouraïs soient respectueux à la lettre de l'étiquette.
En sortant, le père lance à son fils alors que tout deux reprennent le chemin du dojo.


-Jotaro-sama est le plus grand daimyo de l'Empire du Soleil Rouge, Mitsuoto-kun. Lorsqu'il sera temps pour moi de quitter ces terres et de rejoindre Tengoku alors j'espère que tu continueras à le servir sans sourciller.

-Hai père. N'ayez craintes.
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Dim 7 Sep - 22:10

393. Kyuden Torayama.

Les rudes tempêtes de neige caractéristiques des montagnes du nord ont peu à peu cédé leur place au bourgeonnement de la flore.
Dans la Cité du Tigre, aux murs jamais pris, la neige tend à disparaître alors que les premières pousses font leur apparition sur les arbustes, colorant ainsi le Kyuden aux couleurs d'habitude si martiales.

Dans la demeure familiale, le vieux Saito se tient à coté de son fils, sans un mot. L'homme apparait bien affaibli, ses cheveux ont profondément blanchi et ses gestes sont bien moins assurés que par le passé.
Pourtant, seulement un an s'est écoulé depuis la mort de Torayama Jotaro, daimyo du clan Torayama. Le magnifique dernier duel que le vieux bushi a mené n'a pas pu effacer de la tête de Saito ce sentiment d'avoir failli à son devoir. Le vieil homme n'a pas supporté la mort de son Seigneur, le seul qu'il eut jamais servi, son modèle.

Tournant la tête vers Mitsuoto, il prend dans ses mains les feuilles gravées de Kanji.


-Mitsuoto-kun, même si nous servons notre clan grâce à notre sabre, ce n'est pas tout. Nous honorons nos ancêtres à travers chaque cérémonie mais pas seulement.

Il prend une feuille dans ses mains.


-Sais-tu que Torayama Nakamura fut l'intime complice de Torayama Tsudochi avant que celui-ci ne décide d'entreprendre son voyage à travers tout l'Empire ?
Sais-tu que Torayama Heisuke combattit seul jusqu'à épuisement plusieurs Ronins qui menaçaient les heimins de son père?

Je peux te citer des dizaines et dizaines d'histoires plus ou moins fabuleuses, plus ou moins glorieuses mais toutes vraies.
Car chaque Torayama doit voir son nom et ses actions consignés dans les archives du clan et de nos familles. Peu importe si tous ne sont pas dignes d'éloges, il n'est pas donné à tous de devenir un héros capable de renverser à lui seul le cours d'une bataille.

Tu es maintenant Shuno Mitsuoto-kun, cette tâche n'est pas de tout repos dans le clan Torayama. Mais une de tes prérogatives sera de veiller à ce que nos samouraïs ne soient jamais oubliés.

Garde toujours ceci en tête.

-Hai, père.
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Lun 17 Nov - 2:14

398. Portes de Kyuden Torayama.

Son vieux père est mort il y'a quelques années déjà. Mitsuoto a dorénavant 21 printemps. Le jeune bushî est désormais un adulte et un samouraï du clan Torayama comme un autre. Bardé de fer, il se tient devant le bataillon qu'il commande. Les Ashigarus derrière lui sont vêtus comme de simples heimins, seules de grossières lances les distinguent de leurs exécrables semblables. Il tourne la tête et grimace à la vue des rangs placés derrière lui. Il espère qu'ils tiendront le choc.

Le daimyo du clan, Torayama Kaito, se tient à la pointe du dispositif défensif, son premier Shuno, Shigenobu, à ses cotés. L'immortel Kaito a saigné les caisses du clan pour équiper ses guerriers pour la bataille qui s'annonce.
Les samourais du clan sont matossés entièrement de lourdes armures qui brillent au soleil et de casques couvrant même leurs joues. Le ronin qui se nommait Inishin se trouvait être l'Empereur. Celui-ci avait un véritable charisme mais c'est seulement un mot du daimyo qui suffit à ce que le clan le reconnaisse. Torayama Kaito a dit que le ronin Inishin était l'Empereur. C'était donc l'Empereur.

A l'aile gauche de l'armée impériale, le jeune Seijuro, de 9 années son cadet harangue les ashigarus trois fois plus âgés que lui.
Un grand sourire aux lèvres, il lance à Mitsuoto:


- Je parie que j'enfoncerais leurs rangs plus vite que vous, Mitsuoto-sama !

Le shuno lui répond avec un sourire amusé avant de dégainer son sabre. Les troupes Shogunales approchent, nombreuses.
900 hommes du clan Torayama. 150 Nezumis. 150 Kitsunes. Et un Saru, un futur daimyo.

En face, 6000 ashigarus portant les mon Yatagarasu, Kuma, Seigikami et...Kitsune.
Le bruit caractéristique du katana qu'on dégaine emplit les plaines bordant Kyuden Torayama. L'affrontement sera violent, les morts nombreux. Les Torayama sourient. Les insultes fusent. Torayama Shigenobu d'habitude si discret invective le jeune Karo Kuma, Fusanori, qui portait l'arme du clan. On racontait dans les rangs Torayama qu'il avait regardé son daimyo mourir sans rien faire.

Les samouraïs se resserrent autour de Kaito.
Les derniers bataillons se mettent en place. Le Karo Yatagarasu Seiryoku semble demander au daimyo Torayama de se rendre. Celui-ci refuse.
Les troupes chargent.

Le clan Torayama accuse le coup. Kaito donne ses ordres dans un brouhaha incommensurable. Il faut abattre les officiers ennemis.
Mitsuoto aperçoit un jeune homme de son âge. Yatagarasu Ashikin. Le combat s'engage, le Torayama prend un léger avantage malgré les débris d'armures qui le gêne dans ses déplacements. Mais les coups ne portent que très peu. Les corps tombent, surtout Torayama, en grand nombre.
Deuxième charge des troupes Shogunales. C'est la débandade. Un massacre. Les samourais Torayamas encore debout tombent par dizaine.

Le daimyo Torayama, Kaito, est submergé par une vague d'Ashigarus, sa main agrippant encore fermement le Torayama no Katana alors que la vie de l'homme qu'on croyait immortel le quitte brutalement.
Mitsuoto est en sang, son lourd Yoromoi ne tiendra plus longtemps, son sabre s'est brisé lors de la charge ennemie. Il tourne la tête.
67 Ashigarus forment un dernier carré, devant eux, Torayama Shigenobu. A coté, Torayama Takaichi. Il n'a pas prononcé un seul mot. Mais les corps s'empilent à ses cotés.
Le jeune Shuno sourit, fier. Alors que Yatagarasu Seiryoku s'approche de lui, le visage froid comme la nuit, il lance:


-Voyez comment meurt un vrai samouraï !

Un coup de sabre, un dernier. Il tombe. Les troupes Shogunales s'élancent une dernière fois. Un seul hurlement déchire les plaines.

ENCERCLEZ LES !!!
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Sam 13 Déc - 1:08

398. Grand Palais-Kyuden Karasu.

Le destin souriait au jeune shuno, il s'était relevé à temps pour voir la vieille femme qui dirigeait le clan Ryushin transporter tous les survivants de la bataille de Kyuden Torayama dans le grand palais de Kyuden Karasu. Tout était allé si vite, les survivants au clan se comptaient sur les doigts d'une main. Mais Yona et Akiko avaient survécu.

Le ronin qu'on appelait Inishin se tenait assis sur le trône autrefois occupé par le shogun Yatagarasu Fujiwara. Plus aucun doute pour personne, l'Empereur était face à eux. Les samouraïs, ensanglantés, le comprirent assez vite et ils mirent tous genoux à terre.

Seigikami Harada se tenait près de lui, le sabre du clan dégainé. A ses pieds, l'amour de Mitsuoto agenouillée, le regard fier et droit. Torayama Miyoko croisa son regard mais ne laissa paraître aucun sentiment. Peut-être ne le reconnut-elle pas.
Le daimyo Seigikami prononça la sentence de mort, réservé aux traitres et le katana s'abattit sur le cou de la jeune femme. Tout était allé si vite.

Le jeune homme retint un cri alors que ses yeux s'écarquillèrent d'incompréhension. Elle n'était que partie combattre le Shogun pour remettre l'Empereur sur le trône qui lui revenait de droit.
Il détourna la tête rapidement et une dernière larme coula sur sa joue.

Rien ne serait plus comme avant.
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Ven 19 Déc - 20:14

398. Grand Palais-Kyuden Karasu.

L'Empereur cherchait la stabilité dans l'Empire. Le temps était à mettre toutes les vieilles querelles de coté, à unifier les clans de l'Empire qui venaient de s'entre-déchirer. Au karo Yatagarasu, Seiryoku, il fut demandé de rejoindre son maître dans la mort. Ce que l'homme fit, aussi loyal que discipliné. Plus tard, des rumeurs courraient comme quoi il aurait fait un excellent daimyo. Ses plus proches lieutenants le suivirent dans la mort, sans hésiter comme l'aurait fait n'importe quel samouraï. Le Karo Torayama également mort, les daimyos des deux clans, tombés, Nihon ne portait le tort de la guerre civile sur personne. De sa sagesse éclairée, l'Empereur sut concilier les deux parties grâce à ses décisions.

Le clan Yatagarasu fut dissous et Karasu Takara fut nommé Daimyo du clan Karasu, création impériale toute nouvelle.
Le Ronin Kan eut l'insigne honneur de reformer le clan Yachu. Seul manquait un Kyuden.
Kitsune Eo devint daimyo Kitsune et par ordre de l'Empereur, le clan Kitsune paya l'équipement des samouraïs de l'Empire.
Kuma Fusanori mènerait le clan Kuma tout comme Mitsuoto, les Torayama. Les évènements s'enchainèrent à une vitesse folle.

Mitsuoto tendit une main vers Ryushin Kaede. L'académie de Kyuden Torayama restait encore fermée et dans l'euphorie qui suivit la montée sur le trône de l'Empereur, le nouveau daimyo pensait qu'il était temps de mettre un terme aux plus vieilles querelles. Triste désillusion, les Torayama perdirent leur académie. Les Ryushins, leur droit de passage à vie sur les terres Torayama.


399. Ruines de Kyuden Yachu.

Nihon regroupa les bushis survivants de l'Empire afin que ceux-ci aillent reprendre les ruines du Kyuden Yachu des mains de l'Ombre. L'Empereur demanda aux nouveaux daimyos et karos de rester près de lui car il ne voulait pas prendre le risque de perdre de nouveau les têtes de ses clans. L'ordre n'en fut pas réellement un, plutôt un conseil. Mitsuoto demanda à son karo Yona de rester avec l'Empereur et rejoignit les forces impériales.

Le daimyo Ryushin usa de sa magie pour transporter l'entièreté des samouraïs dans ce qui était il y'a longtemps un Kyuden grouillant de vie. L'Empereur était bien renseigné pourtant et les forces des ténèbres n'étaient pas présentes en grand nombre. Le combat fut assez bref et le Kyuden Yachu fut temporairement purifié.
Le jeune daimyo Torayama regretta simplement l'absence dans ce combat de Yachu Kan et de Kuma Fusanori, les daimyos des clans les plus au sud.

Il saurait désormais à qui il pourrait se fier à l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Mer 31 Déc - 2:14

Changement de style de chroniques, pour facilité.

Année 405.

De longues années ont passé depuis la reprise de Kyuden Yachu. Les rumeurs dans l'Empire me soufflent à l'oreille que les artisans du clan ont travaillé sans relâche pendant que les guerriers du faucon se battaient contre l'Ombre qui les assaillait sans relâche.
J'espère que Kan saura mener son clan comme un daimyo doit le faire. Kaito-sama s'était entiché de ce cancrelat sans honneur et dont la lâcheté n'avait d'égal que son impuissance au sabre. Je pense que je suis trop dur mais un samouraï ne doit pas cacher ses sentiments. A mon sens.

Le jeune Kioji-san a commencé à écrire sur papier ses mémoires, alors même qu'il enchaîne quelques passes avec son jeune élève. A vrai dire, j'aime beaucoup. J'ai ainsi commencé la même chose même si je ne préfère pas que mes samouraïs le sachent. Le temps nous manque mais il m'arrive d'en trouver quand même. Je l'ai nommé Shuno, lui et Teijo-san. Yona-san sera mon karo. Son expérience m'aidera, je pense.

Nous étions si peu après la guerre civile que mes choix restaient restreints.

Ces longues années de combats acharnés contre la forteresse de Sakiko no Yurei ont coûté cher au clan, le clan Ryushin se réjouit sans doute à chaque fois qu'un de nous tombe pour ne pas se relever. Je n'ai pas oublié ce qu'ils nous ont fait et ils le payeront un jour ou l'autre.

Il y'a quelques jours, Akiko-san était rentré au Kyuden alarmée. La patrouille était bloquée au col périlleux et Yona-san demandait des renforts. Je suis monté avec Teijo-san pour les aider.
Kioji-san, Seijuro-san et Zenji-san étaient déjà tombés et Yona-san tenait encore contre plusieurs Yureis. Nous avons fait la connaissance de...nouveaux modèles. Plus forts, plus rapides et plus résistants.

Puisse ses écrits rester secrets longtemps mais nous nous sommes faits laminer. Nous avons compris qu'il nous fallait désormais piocher au fond de nous, qu'il nous faudrait apprendre les ancestrales techniques du clan et que si nous voulions vaincre la sorcière, le prix à payer serait gigantesque.

Chacun des Torayama brulait d'envie de retourner combattre. Nous deviendrons plus forts, nous deviendrons d'invincibles guerriers.
C'était nos ancêtres que nous combattons, il nous fallait leur donner le plus beau spectacle possible.


Dernière édition par Rossignol le Dim 1 Fév - 17:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Mer 7 Jan - 19:44

Année 406.

Ce jour, Nihon-sama a invité les daimyos de l'Empire, nous, ses enfants, à Kyuden Seigikami afin de discuter sur les affaires internes et externes à l'Empire.
J'y suis allé avec Akiko-san et le jeune Munemori-san, moins j'emmenais de monde, mieux c'était. Toute l'énergie était nécessaire au nord , il aurait été criminel d'embarquer une délégation qui n'aurait pas su de toute façon où se mettre.
Yona-san se préparait quant à lui à partir pour Kyuden Nezumi et ses forges, et vers Kyuden Kitsune. Les vieux liens que nous avions avec le clan Kitsune et qui dataient de feu mon prédécesseur Kaito-sama me laissaient penser que nous pourrions trouver un accord. Je faisais confiance à Yona-san pour mener ces missions à bien de toutes façons.

Je suis arrivé le premier à Kyuden Seigikami. L'Empereur et Harada-san nous attendaient. Le premier magistrat impérial voulait me voir, nous avons longuement parlé. Il a été question d'un mariage avec une de ses fusuis, Aya-san. Et de l'aide qu'il voulait m'apporter contre Sakiko.
Aide que j'ai refusé probablement par fierté même si je n'aurais pas su que faire de ses bushis. Tant que les miens restaient en échec dans les montagnes, c'était chose perdue pour tout autre samouraï de l'Empire.

Je m'habituais peu à peu au Kyuden Seigikami, les autres daimyos se faisant attendre. On m'appris l'arrivée du daimyo Kuma que je vins rejoindre au dojo du clan. Je n'ai toujours pas compris quelle mouche l'avait piqué à ce moment là. Ni comment un samourai de son rang put se déshonorer en si peu de temps. Quoiqu'il en soit Fusanori-san crut pouvoir m'insulter sans que je ne fasse rien pour défendre l'honneur bafoué de mon clan. J'ai frappé de mon sabre si durement qu'il ploya. Je lui intimais l'ordre de s'excuser. Ou alors qu'il se relève et qu'il riposte. Qu'il me montre de quoi il était capable. Qu'il accepte les conséquences de ses paroles.

Nihon-sama était dans le hall de justice, juste à coté de nous. Je pense que mon maître n'aurait pas accepté que ses enfants s'entretuent à sa réunion. Mais il aurait compris.
Quoiqu'il en soit, rien de tout ceci n'arriva puisque Fusanori-san s'excusa et que nous nous entrainâmes ensuite au bokken. Il n'était pas mauvais et la querelle fut vite oublié.


Dernière édition par Rossignol le Dim 1 Fév - 17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Lun 19 Jan - 15:05

Année 407.

Les préparatifs de mon mariage avec Seigikami Aya-san étaient enfin terminés. Nihon-sama et Harada-san étaient déjà présents, il ne manquait plus que les daimyos Kitsune et Karasu avant que nous puissions commencer. A la place d'Eo-san, c'est une petite délégation de Kitsunes qui arriva. Ils m'expliquèrent que leur daimyo avait des choses très importantes à faire et qu'elle ne pourrait pas être là. Ils offrirent à Aya-san un furisode de grande valeur, richement décoré. Depuis ce jour, j'eus le même avis sur le clan Kitsune que celui qu'avait Jotaro-sama.

La daimyo du clan Karasu eut, elle, l'obligeance de venir elle-même. Alors que je ne faisais auparavant aucune différence entre ces deux femmes, je changeais de position ce jour. Takara-san m'offrit un yoromoi robuste alors qu'Aya-san eut un autre Furisode, de valeur égale aux Kitsune. Il m'était néanmoins difficile de comprendre cette femme qui cachait constamment son visage derrière un éventail.

C'est l'Empereur Phénix lui-même qui accepta d'officier pour mon mariage et les cadeaux de la maison impériale abondèrent dans le hall des ancêtres. Tous les invités, quelque soit leur rang, reçurent un haori qu'ils s'empressèrent de porter.
Aya-san est une femme à la beauté surprenante, son sourire mutin enchanterait n'importe quel homme qu'elle courtiserait. Pourtant je n'arrive pas à l'aimer car ce n'est pas elle que je vois lorsque je la regarde. Cela ne colle pas, je préfère rester loin d'elle, je préfèrerai qu'elle fasse comme Akiko-san. C'est d'une fusui combattive que j'ai besoin, pas d'une amante dévouée.

Le lendemain, alors que nous discutions avec Takara-san sur l'éventualité d'un apaisement des relations entre le clan Torayama et les sorcières du nord, Nihon-sama me proposa, comme le voulait la tradition, de procéder à la prérogative qui seyait à tout nouveau daimyo du clan.
Nous avons pris tous les deux une posture de duel iaijutsu. Nihon-sama ne tremblait pas, son regard était déterminé, j'ai de suite compris que sa maitrise de l'ancien art était absolument phénoménal. Nous frappâmes presque en même temps mais le Torayama no Katana ne sut à peine l'atteindre alors qu'un coup d'une précision extrême entacha ma joue y creusant une longue cicatrice. Nihon-sama quitta alors les jardins après un sourire amusé. En le voyant s'éloigner, je sus que vaincre Sakiko no Yurei était la moindre des choses que je pouvais faire pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Mer 8 Avr - 12:13

Année 407. Kyuden Yureï.

Quelques mois avaient passé depuis mon mariage et quelques semaines depuis la bataille qui nous opposa à l'armée de nos ancêtres corrompus par Sakiko no Yurei.
Nous avions été alerté par l'incendie brutal du Temple des quatre vents et par un jeune Yamabushi du clan qui nous rapporta que l'armée spectrale de la sorcière avançait vers son Kyuden détruisant tout sur son passage.
Les derniers mois que le clan Torayama avait passé à s'entrainer intensément contre l'ennemi devaient enfin payer. Malgré nos quelques pertes et l'absence de Kioji-san et de son Kohai, Shohei-san, nous avions gagné ce qu'il nous manquait. Seijuro-san, Teijo-san, Dosan-san, Tetsuo-san, Zenji-san, Urakami-san et Munemori-san étaient la nouvelle génération de bushi à l'adresse remarquable et aux techniques imbattables. Ce n'était que des jeunes gens encore mais ils avaient vu plus que quiconque.

Nous partîmes, confiants, avec Yona-san pour combattre la sorcière et la bataille eut lieu dans les montagnes du clan Saru juste devant leur Kyuden, déserté par son daimyo et ses officiers. Les échanges télépathiques entre Akiko-san et Kuma Midori me permirent de nouveau de constater l'étendue de l'incurie de Daijiro-san, chose qui me troublait, et de l'inutilité du daimyo Kuma, chose qui me terrifiait.
Les paroles que me transmettaient Akiko-san me mettaient hors de moi et c'est seulement parce que Seijuro-san me le demanda que le clan Saru ne fut pas rasé.

La bataille dans les montagnes fut une grande victoire du clan Torayama même si nous perdîmes Munemori-san et Dosan-san sur qui je portais beaucoup d'espoirs. Yona-san perdit également la vie après de longues années au service du clan Torayama. Mais nous ne devions pas attendre et, alors que je n'avais pas de nouvelles d'une réponse du clan Yachu quant à l'envoi d'un de leurs senkus , le destin nous sourit. Munemori-san avait ramené un jeune éclaireur du clan Nezumi, Hisoka. Je demandais à Akiko-san d'envoyer des messages aux autres clans pour les prévenir que nous prendrions d'assaut la Citadelle dans quelques jours, avec ou sans eux.

Nous gravîmes de nouveau les montagnes abruptes du Nord que nous connaissions si bien pour trouver enfin un passage menant à la forteresse. Je suis particulièrement reconnaissant du travail accompli par ce jeune Nezumi même si je ne sais pas ce qu'il est devenu. Avant notre entrée, j'eus la surprise de voir arriver des samouraïs Kuma, jusqu'à présent seuls le Nezumi et le jeune Seigikami Ashiro accompagnaient le clan Torayama.

Mais les premiers combats dans la Citadelle me firent grincer des dents alors que Seijuro-san piaffait devant la faiblesse martiale des Kuma, réclamant leur départ et arguant du fait qu'ils nous gênaient plus qu'autre chose. Kitsune Eo avait d'ailleurs envoyé un jeune Teishin. Incapable de porter un sabre. Le clan Torayama, bras armé de l'Empereur, méritait-il pareil insulte ?

Sur la place centrale du Kyuden Yurei, aux murs fantomatiques, les paroles de feu-Yajigen-sama nous revinrent en tête alors même que nous distinguions les geôles d'une prison dans ce lieu infesté de magie de l'ombre. Nous y avons trouvé une âme enchainée, squelettique. Aidés d'un jeune Ashigaru Kuma, Kenichi, nous fracassâmes avec force les chaînes qui le retenait prisonnier. Puis une lumière intense nous rendit aveugle pour quelques longues minutes. Lorsque nous recouvrâmes la vue, Genma-kami se tenait devant nous. Il nous expliqua la faiblesse de Sakiko, que nous devions la tuer car elle lui avait empêché de faire quitter les âmes des êtres vivants jusqu'au Meido. Que si nous échouions, l'Empire ne serait plus qu'une terre infestée de l'âme des morts attendant enfin le salut. Il nous proposa de faire quelque chose et nous avons demandé que les âmes de nos ancêtres soient à jamais libéré du tourment qui les assaillait.

Le reste ne fut que combats intenses. Sakiko voulut nous piéger dans son hall des batailles, sa magie démoniaque relevant indéfiniment les cadavres ambulants qu'elle nous envoyait. Grâce aux sacrifces de Seijuro-san, Tetsuo-san, Urakami-san et du jeune Seigikami Ashiro, Zenji-san, Teijo-san, Hanzo-san, Akiko-san et moi-même purent continuer jusqu'à l'antre de la sorcière.
Le combat fut bref et Sakiko no yurei fut terrassée par nos Katana.

Genma-kami réapparut et nous dûmes faire un choix, comme nous étions aux portes du Meido, soit y entrer définitivement, soit retourner au Ningen-do. Alors que j'avançais inexorablement là où se tenaient mes ancêtres, Seijuro-san demanda à Genma-kami de prendre ma place et celui-ci accepta.
De retour sur nos terres, j'appris que le samouraï le plus doué que j'eus croisé était mon frère et que nous avions le même père. Je vécus son sacrifice comme celui de Miyoko-chan. J'étais plus qu'abattu et je le suis encore en écrivant ces lignes alors même que les nouvelles en provenance de l'Empire me parviennent.

Nihon-sama de nouveau assassiné, Kuma Fusanori et Kitsune Eo se mariant et créant un clan illégitime sans sa bénédiction. Seigikami Harada et Karasu Takara faisant de même.

Alors que le clan Torayama s'était saigné pour son Empereur, les traitres en avaient profité pour bafouer toutes les traditions de notre Empire centenaire et crée des monstres difformes.
Il me faudra prendre une décision dans les jours à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Jeu 9 Avr - 14:40

Année 408.

Après la terrible année 407 qui vit le clan Torayama perdre une partie énorme de ses samouraïs, nous n'étions plus que six, le retour de Kioji-san me permit d'apprécier toutes les rumeurs qui me parvenaient. Le jeune Shohei-san était tombé honorablement dans un duel Iaijutsu face à un adversaire plus que chanceux. Pour Kioji-san, c'était également une autre dure épreuve depuis la mort de sa senseï. Pourtant, il gardait une intense maitrise de soi et un raisonnement impeccable. Je n'avais pas choisi de karo depuis la mort de Yona-san et à la vue des évènements qui s'annonçaient, il m'en faudrait un qui soit plus qu'un chef de guerre.
L'année 408 fut néanmoins particulièrement prodigue, une grosse dizaine de jeunes avait envahi le dojo du clan. La plupart d'entre eux avait perdu un père ou un proche parent dans les longues années de lutte contre la sorcière. J'étais fier et satisfait de voir que rien n'avait entravé la formation des prochaines générations de Bushi du clan.
Je nommais Zenji-san comme deuxième shuno en remplacement de Kioji-san car il avait plusieurs fois émis le souhait de devenir Kensei plus tard.

Kioji-san me rapporta que lorsque Nihon-sama fut assassiné à Kyuden Yachu, ils retrouvèrent des ryo Kitsune sur les corps des assassins. Chose troublante, le mariage entre Kitsune et Kuma semblait avoir eu lieu en même temps. C'était plus que je ne pouvais supportert et il n'y avait pas à réfléchir. Kitsune Eo avait fait tuer l'Empereur Phénix. Que lui manquait-il ? La force militaire Kuma. Pour Fusanori seul l'argent importe. Je suppose qu'il s'imagine pouvoir reprendre son Kyuden en engageant une masse de paysans incapables de manier une lance. Mais l'Ombre ne peut être vaincu que grâce à la force de nos bras et à la pureté de nos cœurs. De samouraï. L'histoire du clan Torayama l'a plusieurs fois démontré.
Mais pire, juste après la mort de notre Empereur, il s'arrogea le titre de Shogun, balayant des siècles de traditions. En riposte, Harada-san le daimyo Seigikami pour qui j'avais encore il y'a un an un peu de respect, malgré le fait qu'il protégea clairement les agissements de sa sœur, la ronin Aya, quémanda un mariage à Takara-san.
Les évènements s'enchainèrent à une vitesse hallucinante. Harada et Takara se marièrent pour 'contrecarrer' la puissance Kumatsune et créèrent un autre immondice, le clan Osamaru. En quelques semaines, quatre clans maintes fois centenaires furent annihilés par quatre daimyo à l'ambition démesurée.

Je ne comprends toujours pas les raisons qui les ont poussé à agir ainsi.

On me rapportait que Harada-san avait bien changé et qu'il n'était plus le jeune homme amical qu'il était autrefois. Mais Karasu Takara ? Pour quelles raisons ?
Nous avons longuement réfléchi Kioji-san et moi-même pour savoir ce que nous devions faire. Il était clair que nous ne pouvions pas rester dans notre coin et attendre de voir la suite des évènements. Si nous n'agissions pas de suite, l'avenir verrait apparaître des dizaines d'aberrations de ce genre. Il était nécessaire de conserver l'Empire dans l'état où l'Empereur l'avait laissé. Et ce, jusqu'à son retour.
Je décidais de me proclamer Shogun.

Kioji-san m'avait rapporté que certains samouraï du clan Osamaru avait plus que rechigner à servir ce nouveau clan et je pensais qu'il en était de même pour Takara-san. Nous avons pris l'initiative de l'inviter au Kyuden afin de la ranger de notre coté. Les manières de Takara-san m'avaient beaucoup impressionné les fois où je l'avais vu, elle servait l'Empereur avec conviction et n'avait pas l'air d'être une girouette comme les autres daimyo de l'Empire. Du moins, c'est ce que je pensais.
Notre entretien se passa mal car elle ne sut pas respecter l'étiquette qui sied à la fonction que je représentais. Elle resta coincée dans son nouveau rôle de Dame de clan et je dus agir pour que mon honneur ne soit pas entaché. Le jeune Karasu Ikaru-san transporta le corps encore en vie de Takara-san loin de moi alors que je décidais de me rendre aux quatre vents pour méditer sur cet échec.
Les portes semblaient se fermer devant le clan Torayama, il s'avérait que même le daimyo Karasu se complaisait devant ce que devenait l'Empire.

Je ne m'attarderai pas ici sur ce qui se passa au temple des quatre vents.

C'est après ce sanglant épisode nécessaire que nous reçûmes la vision de la mort de notre Empereur. J'ai longuement hésité à le rejoindre mais pourtant je suis persuadé que Amaterasu-kami nous enverra un signe. Nous ne pouvons pas nous permettre de conclure si facilement quelque chose qui n'est peut-être qu'un test. Nous avons choisi de ne pas dévier de la ligne. Mais les rumeurs que nous apprenions sur la mort de Seigikami Harada-san et de Karasu Takara-san pouvaient nous laisser penser que j'étais la prochaine cible.

Il ne reste que moi-même et Kuma Fusanori, il est temps d'agir.
La force du clan Torayama réside dans chacun de ses samouraï. Nous sommes invincibles dans un combat honorable. Si nous descendons au sud jusqu'à Kyuden Kuma et que nous engageons une bataille, nous sortirons victorieux. Nous avons longuement réfléchi avec Kioji-san et il nous est apparu qu'il nous fallait le soutien des lignées Seigikami et Karasu pour vaincre Kuma Fusanori. Pour montrer à tout l'Empire que nous sommes du bon coté.

Le clan Torayama part en guerre et stationne à Shiro Yuki. Kioji-san, moi-même et le jeune Ashinobu-san, nous partons pour Kyuden Karasu.
Je fais confiance à Kioji-san pour que nous arrivions à trouver un accord. Une fois que Fusanori sera mort, il nous suffira de rompre les deux faux clans et de punir la lignée Kitsune pour le meurtre de l'Empereur. Le prochain daimyo Seigikami deviendra alors Shogun de l'Empire du Soleil Rouge et sera conseillé par Kioji-san. Nous ferons respecter les traditions par la force s'il le faut.

Je suis confiant.


Fin de la chronique.
Revenir en haut Aller en bas
Rossignol
Kami du Flood
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 30
Localisation : Mickeyland
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Mémoires   Jeu 23 Avr - 0:45

Année 412. Kyuden Torayama, ville basse.

Cela faisait maintenant déjà quatre années que le clan Torayama avait un nouveau daimyo. Torayama Tsukiro avait fait partie de la jeune garde ayant combattu les spectres Yurei de la sorcière Sakiko, ancienne samouraï-ko du clan Ryushin. Et le jeune homme qui avait pris les rênes du clan à 16 ans avait su très rapidement faire honneur à la fonction qu'il devait représenter. Pour un daimyo du clan du Tigre, il avait vécu des épreuves très particulières et avait du prendre des choix terriblement difficiles mais néanmoins nécessaires. Chacun le savait et le respect qu'il inspirait venait pour beaucoup de cet état de fait.

Torayama Daichi était une jeune femme d'une trentaine de printemps issue de la lignée Yona, lignée encore jeune. Elle n'avait qu'une mince formation de fusui bien que son père ait été bushi, comme beaucoup dans le clan. Daichi élevait son jeune fils avec les faibles moyens que lui procuraient les minces terres que lui avait léguée sa famille. C'était une femme jolie, aux traits assez fin, aux cheveux noirs de jais. D'une corpulence plus que raisonnable, beaucoup pensait qu'elle aurait du se consacrer à la dure voie des armes. Daichi ne parlait que peu, très peu. Son jeune fils était tout pour elle, et elle le couvait d'un regard maternel où se mêlaient à la fois la crainte de le perdre et l'amusement que lui procurait son garçonnet.


-Okaasan, je suis de retour !

Le petit homme de sept printemps déjà avançait péniblement jusqu'aux portes de la maisonnée, deux lourds seaux entre ses mains. Le sourire aux lèvres, il y mettait beaucoup de cœur. Sa mère vint l'aider à se débarrasser de son fardeau avant de lui passer une main dans les cheveux, les ébouriffant plus que nécessaire.

-Mon fils, maintenant il est temps pour toi de retourner étudier tes kidos est-ce d'accord ?


Le garçonnet fit une mine un peu contrite, avant de d'obtempérer sans demander son reste et de s'engouffrer dans la petite maison de bois bordant l'intérieur des murailles de Kyuden Torayama.
Après plusieurs heures de lectures intensives, il leva les yeux vers sa mère.


-Okaasan, j'ai terminé, je n'en peux plus. Puis-je aller m'entrainer avec les autres au dojo ? J'ai le vieux bokken de notre famille non ?

Aux paroles de son fils, Daichi devint momentanément pâle avant de sourire, compréhensive.

-Le clan Torayama dispose déjà de grands et puissants Bushi mon fils. Pourquoi veux-tu devenir comme eux ? Regarde, moi, je sais, grâce à ma sensibilité géomantique, utiliser différents dragons qui me sont d'une grande aide quelque soit la situation. Et c'en est de même pour un Shugenja tu sais.

-Mais Okaasan...Je veux moi aussi partir combattre comme les autres, face à l'ennemi, le sabre à...

-Non !


L'injonction de la mère fut sans réponse possible alors même qu'elle serrait avec force le poignet de son jeune fils qui grimaça de douleur. Comprenant, elle relâcha son étreinte comme tétanisée avant de bredouiller quelques mots.

-Je...je veux seulement que tu restes en vie...mon fils...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mémoires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mémoires
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» skalpel"mémoires des luttes" clip
» Les mémoires de Pete Doherty
» Livre: Zizi Jeanmaire publie ses mémoires!!
» Testimony -- Memory of Dimitri Chostakovitch
» Préférez-vous Fred Astaire ou Gene Kelly ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum officiel de SoleilRouge :: LES FORUMS GENERAUX :: LES CHRONIQUES-
Sauter vers: