Le forum officiel de SoleilRouge

Bienvenue sur le forum officiel du jeu.
 
Revenir au jeuRevenir au jeu  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Contine Seigikami

Aller en bas 
AuteurMessage
Erzalith
Ashigaru


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 14/02/2008

MessageSujet: Contine Seigikami   Lun 15 Juin - 21:07

Voici une petite histoire sans importance que certains purent entendre entre les ans 420 et 422 dans les campagnes Seigikami[/i]


Il était une fois -bien avant que ne soit venu le temps de la grand-mère du premier des Hommes- un petit louveteau pas comme les autres au pelage si gris, si beau, et qui s’appelait…Loupiot Sans-Croc.

Loupiot vivait seul au fond de sa tanière et bien qu’il ait eu un loooong museau, il n’avait pas de croc !
Il passait son temps à jouer dans la pénombre, se nourrissant de serpents égarés ou de petits rats, ne manquait jamais de rien et faisait la sieste dès qu’il était fatigué, bien content d’avoir un douillet chez soi.

Il aurait voulu vivre ainsi pour toujours. Mais Toujours n’a aucun maître et vous le fait bien savoir. Ne pensez jamais l’avoir dompté. Loupiot y crut naïvement et patatra ! Le plafond s’écroula sur son nez.

C’est bien à contrecœur qu’il dut évacuer sa maison. Il s’extirpa de terre au prix d’efforts insensés et cassa même sa patte la plus vigoureuse, mais il finit par sortir au grand jour au sein d’un monde inconnu qui l’avait également oublié.
Loupiot découvrit alors le jour et ses merveilles : l’odeur des Fleurs, le chant de la Rivière, la douceur de l’Herbe et tant d’autres sublimes Choses encore qu’au final il se trouva presque content d’avoir été chassé.

Bientôt il fit sa première rencontre. Sa vie s’en trouva changée.

- Crôa Crôa » fit le corbeau, « Qui es-tu donc étranger ? »
- Je suis Loupiot » répondit Loupiot, avide de questions à poser. « Et toi, qui es-tu ? Et pourquoi ma maison s’est écrasée ? Et pourquoi es-tu ailé ? »
- Je suis Krasseux le Corbeau ! » croassa l’oiseau « Cracracracracra » rigola-t-il, « ta misérable maison c’est la Sorcière qui l’a écrôasé, elle écrôase tout ce qu’elle crôase tu peux me crôare. Sauf moi. C’est pour ça que je suis ailé. »
Il déploya alors ses ailes et s’éleva haut dans le ciel.
- Je suis Krasseux le Roi des Cieux ! Et personne ne peut m’atteindre. Cracracracracra !
Tout le ciel m’appartient. Alors que toi tu n’as plus rien…
Regarde-moi, REGARRRRDE-MOI !
Tu as bien vu ? Tellement plus haut que je peux même te crôacher dessus. »

Loupiot essaya de suivre le vol du corbeau des yeux mais le soleil l’éblouit et il dut fermer les paupières pour ne pas être aveuglé.
- Désolé, je ne te vois plus ! Trop de ta lumière a assombri ma vue, et, …oooh. »
En éteignant son regard le louveteau fut transporté dans un autre monde. C’était sombre, humide et agréable ; il avait l’impression d’être de retour chez lui dans sa tanière.
Loupiot venait d’entrer dans sa mémoire, dernier vestige de cet autrefois si merveilleux où la Sorcière n’avait pas détruit sa demeure. Où il se sentait fort, serein et entier.

Mais mécontent de l’inattention de son spectateur et jaloux de ces souvenirs auxquels il n’avait jamais participé, Krasseux fondit sur le jeune loup serres en avant et lui arracha les paupières avant de voler loin vers l’horizon.

Loupiot Sans-Croc fut très peiné de cette perte : sans ses souvenirs il n’était plus vraiment lui-même.
Le temps passa et Loupiot essaya de retourner à son quotidien en oubliant toute cette histoire. Sa patte cassée finit même par guérir, quoiqu’elle ne fut plus jamais aussi habile que par le passé. Mais ni l’odeur des Fleurs, ni le chant de la Rivière, ni la douceur de l’Herbe ne purent assécher ses larmes car lorsqu’il passait devant le monticule de terre qu’était son ancienne maison, il ne percevait plus rien de cet autrefois si merveilleux, tout ce qu’il voyait c’était la terre, la tristesse, et la Sorcière.

C’est pourquoi il décida de la chercher.
Pour la tuer.

Il apprit bien vite que la Sorcière habitait une forêt obscure et impénétrable, que bien d’autres avant lui s’y étaient aventurés pour les mêmes raisons et qu’aucun n’en était jamais ressorti. Mais qu’est-ce que la mort quand on ne peut même plus se targuer d’être soi-même ?
Loupiot fit un long, long, long voyage, et il trouva la forêt. Et lorsqu’il approcha de celle-ci il tomba nez à nez avec deux étranges animaux qui se chamaillaient. C’étaient…
Revenir en haut Aller en bas
 
Contine Seigikami
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» poéme en Anglais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum officiel de SoleilRouge :: LES FORUMS GENERAUX :: LES CHRONIQUES-
Sauter vers: