Le forum officiel de SoleilRouge

Bienvenue sur le forum officiel du jeu.
 
Revenir au jeuRevenir au jeu  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'ère bien nommée, ou Cho : le crépuscule.

Aller en bas 
AuteurMessage
Doenyon
Ashigaru
avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: L'ère bien nommée, ou Cho : le crépuscule.   Jeu 23 Avr - 21:42

*Une jeune femme, assise sur le rebord d'un lit où un bébé dort, lui lit une histoire. L'enfant, une fille, n'a pas plus de 3 mois, aussi la jeune femme semble lire uniquement pour habituer l'enfant a sa voix.*

Chapitre 1, où Cho fait ses premiers pas.


Automne 403, une date importante qui n'a pas marqué l'histoire.
Et pourtant, c'est dans un petit village des terres Torayama, par une nuit sans lune, qu'un nouveau né pousse son premier cri. S'annonçant ainsi au monde, d'un voix qui ne laisse planer aucun doute : elle est bien vivante, et compte le rester.
De cette nuit tombante, elle reçoit le nom "Cho" qui signifie crépuscule. A ne pas confondre avec l'ombre bien sûr.

De son enfance elle ne retiendra que des bribes, des éclats de voix, des rires complices avec les servantes de la maisonnée. Petite Cho, est une enfant passionnée, débordante d'énergie, qui hérite du teint pale de son père, et du don de sa mère, la géomancie.
Don qu'elle perfectionne jour après jour, compensant en effort ce qu'elle n'a en talent naturel. Car la géomancie est certes un don, mais sa maîtrise demande beaucoup d'adresse.
Elle est de même, depuis sa tendre enfance, et sans avoir eu son mot à dire sur la question, promise à un jeune Torayama de son âge nommé Hiro. Ce dernier n'est pas non plus à l'origine de la demande, qui émane des parents respectifs, et ce pour satisfaire à un souhait de la famille d'Hiro, Torayama de lignée, d'avoir une géomancienne dans leurs rangs, atout prestigieux selon eux.

Toujours est-il que Cho grandit, éduquée par sa mère. Son père lui, n'était presque jamais là, servant le clan du mieux de ses capacitées comme messager, transportant les messages importants et nécéssitant une protection adéquate.

Elle apprit l'art de la méditation, des quatres voies élémentaires, et surtout celle de l'eau. Son élément préféré qui permet de maintenir la vie, de guérir. Elément souvent considéré comme passif, c'est oublier les torrents, qui sont la preuve de la fureur inhérente dont est capable cette partie du grand cycle.
Cho quant à elle tient plus du fleuve, tranquille et calme en surface, mais sous cette apparence traversée par de puissant courants, une force paisible qui reste cachée et maîtrisée. Comme l'eau, elle ne se cache pas, elle ne se contente pas non plus de suivre un chemin tracé, elle érode ses limites fixées jour après jour.

_____________________________________________________________

Chapitre 2 : Où Cho devient adulte et découvre la vie.

La jeune Cho a fini par passer son Gempukku à 15 ans, sans honneurs particuliers, après tout son karma pour cette vie, n'est pas d'être fusui à plein temps, donnant corps aux arcanes géomantiques, tel le bushi perfectionnant sa frappe sans relâche. Son karma pour cette vie, est de devenir la femme de Torayama Hiro comme prévu. Puis de vivre une vie somme toute paisible, sans incidents ni soucis particuliers.

Et le mariage d'avoir lieu dans la semaine suivant le gempukku des deux promis, et la vie de continuer. Ils avaient beau être fiancés depuis leur plus tendre enfance, les deux mariés ne se connaissaient aucunement avant le jour de la cérémonie.

Cho, qui a toujours eu un tempérament très direct et manquant un brin de subtilité, apprécie assez peu d'avoir étudié toute sa vie la géomancie pour son Gempukku, tout ça pour devenir une mère pondeuse. Cependant, elle tente de se contenir au maximum, et d'exprimer aussi peu que possible son mécontentement.

Les semaines passent, les mois même, Hiro se montrant attentionné, patient, et surtout respectueux. Peu à peu, une certaine complicité commence à naître entre les deux. Cependant, bien que cela fasse déjà un an qu'ils soient ensemble, nul héritier ne pousse encore propre cri dans la maison familiale.

_____________________________________________________________

Chapitre 3 : Où Cho découvre la mort, et l'abrupte réalité de la vie.

La situation progresse petit à petit, jusqu'à une conclusion abrupte en décembre 419. Cela fait alors deux ans que les époux vivent ensemble. Torayama Hiro part en mission, un simple message à porter - mais l'ère est trouble. Hiro n'accomplira jamais sa mission. On retrouva son corps le lendemain de son départ, étalé sur une des routes impériales proche de Kyuden Torayama. Visiblement, il avait succombé à une unique blessure. Mort considérée comme honorable, mais mystérieuse tout de même.

Cho en fut bien plus bouleversée qu'elle ne l'aurait cru possible. Elle alla jusqu'à ne plus porter un furisode blanc uniquement pour le deuil de l'empereur, mais aussi au nom du deuil de son défunt mari. De même, elle qui cachait son état depuis plusieurs longs mois, en vint a accoucher sans cérémonie chez elle, accompagnée d'une simple servante.
L'enfant, une fille, était bien d'Hiro, son mari, son ami, son amour ?

Son sourire dont elle faisait montre si souvent disparut, et son attitude changea. Elle rejoignit l'académie Torayama jurant, comme son mari l'aurait sûrement souhaité, qu'elle ne resterait pas le bras croisés à se morfondre. Elle voulait prouver que le karma n'est pas écrit. Elle avait été destinée à vivre une vie sans histoire, et pourtant, l'histoire a vait changée.
La fille, dont bien peu connurent l'existence, est de son coté entrain d'ouvrir les yeux, et pousser sa voix, dans la petite maison familiale.
Cho s'y rend aussi souvent qu'elle peut. Ce même si elle lui rappelle son Hiro, et lui remet en mémoire une certaine tristesse. Tout en étant son rayon de soleil.

*le carnet se referme, la jeune femme se relève de son siège et embrasse le front d'une toute petite fille entrain de dormir*

Bonne nuit Shizume, je te lirai la suite de ma vie la prochaine fois. Et souviens toi, même si pour l'instant je fais tout pour que tu vives paisiblement et sans soucis. Tu es Torayama, un jour tu feras tes choix, et du moment qu'ils sont honorables, je n'aurai pas mon mot a dire, cela, je te le promet. Ne craint aussi personne, tu es immortelle, ton nom fera écho dans le Hall des Ancêtres si tu te comportes comme ta lignée.

*un soupir*

Mais surtout... soit mon rayon de soleil encore un moment...

*Puis de reborder la petite, de soupirer, triste, et de la laisser de nouveau aux bons soins de la servante qui s'en occupe*
Revenir en haut Aller en bas
 
L'ère bien nommée, ou Cho : le crépuscule.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ring Jordan Bastille 2013
» Les becs bien zen
» Un Italien qui va bien
» Mr Ray73: il me semblait bien que ca sonnait pas mal!
» le microkorg est il vraiment si bien ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum officiel de SoleilRouge :: LES FORUMS GENERAUX :: LES CHRONIQUES-
Sauter vers: