Le forum officiel de SoleilRouge

Bienvenue sur le forum officiel du jeu.
 
Revenir au jeuRevenir au jeu  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Journal d'un fils

Aller en bas 
AuteurMessage
Kalou
Shogun
avatar

Nombre de messages : 258
Age : 37
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Journal d'un fils   Mar 21 Avr - 16:58

Assis autour des feux de camp, la troupe d'ashigarus bavarde amicalement en attendant de prendre leur tour de garde. Des éclats de rire résonnent parfois suite à quelque plaisanterie et tandis que le soir arrive la neige se remet à tomber en fin duvet recouvrant de nouveau le sol pourtant toujours immaculé. Une nuit de garde, similaire à tant d'autres, se prépare pour ce groupe frontalier. Du moins le croient ils tous.

Alors que le soleil disparait soudain derrière les crêtes occidentales une silhouette se présente sur la route, marchant à vive allure malgré le manque de luminosité et la difficulté du terrain. L'individu visiblement assez jeune, s'approche des feux et chacun d'abord méfiant peut alors reconnaitre le mon Saru cousu sur sa tenue. La tension décroit et l'on fait bon accueil au messager épuisé et frigorifié.
Le chef de troupe, un jeune samurai au port altier mais à l'expression chaleureuse, attend que l'homme se réchauffe quelque peu avant de l'interroger sur la raison de sa venue. La mine sombre et grelottant toujours de froid, le messager délivre enfin son message.


- Daishô-sama, je suis porteur d'une grave nouvelle pour tout le clan. Notre seigneur... déglutissement Saru Daijiro-sama n'est plus. Les détails sont peu connus mais il semblerait qu'il ait succombé lors d'un duel face à un membre du clan Karasu alors qu'il se rendait au kyuden Saru. Le samurai en question se serait ensuite donné la mort. Ma mission est de transmettre la nouvelle à nos diverses troupes et patrouilles dans cette région.

Et la nouvelle, prononcée à voix haute, ne tarde pas à faire le tour du camp et à déclencher des mouvements de tristesse et de colère parmi les hommes. De son côté, le capitaine ne réagit pas tout de suite, son visage s'étant figée en une expression de surprise puis de chagrin. Reprenant finalement ses esprits, il réclame en beuglant le silence. L'effet n'est pas instantané mais peu à peu les hommes finissent par se calmer et s'égaillent à nouveau autour des feux. Cependant, nul rire ne se fait plus entendre à présent.


Dernière édition par Kalou le Mar 21 Avr - 17:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kalou
Shogun
avatar

Nombre de messages : 258
Age : 37
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Journal d'un fils   Mar 21 Avr - 17:08

Le jeune capitaine remercie le messager puis lui ordonne de se reposer pour cette nuit, avant de s'éloigner. Marchant dans ses pensées, il s'éloigne du camp sur une centaine de mètres avant de s'arrêter. Il reste là quelques minutes, seul et morose. Puis, la neige crisse derrière lui mais il ne se retourne pas. Il sait déjà qui est là.

- Kantarō-dono, vous voulez y aller n'est-ce pas ?
La trentaine passé, l'ashigaru est le second de Kantarō. Par la force des choses, il est même devenu son ami.
- Tu me connais trop bien, Masahito-kun. léger sourire ironique Oui je le voudrais, et il souhaiterait certainement aussi que ca soit le cas. Mais je ne peux quitter cet endroit et vous laissez. Mon poste est ici.
Au ton de la réponse, l'ashigaru laisse tomber le formalisme qu'il utilise en temps normal
- Ne t'inquiète pas, Kantarō-kun, nous saurons nous débrouiller le temps que tu ailles au kyuden Saru. Pour toi, cette perte est doublement terrible. C'était ton père bien avant d'être notre daimyo. Tu dois aller honorer sa mémoire sur place, tandis que nous ferons tous de même ici. Ton sens du devoir t'honore mais tu dois également accomplir tes devoirs de fils. Il a toujours été bon pour toi, et le fait que tu ne puisse hériter de ses biens ne change rien à celà. Ne t'en fais pas, les hommes comprendront.
- Peut-être... hochement de tête Je vais y réfléchir. Allez viens, retournons au camp.

Le lendemain, une heure après le lever du soleil, un homme seul marche à vive allure en direction du kyuden Saru.
Revenir en haut Aller en bas
Kalou
Shogun
avatar

Nombre de messages : 258
Age : 37
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Journal d'un fils   Mer 22 Avr - 15:49

Deux jours de marche, c'est la distance qui me sépare du kyuden Saru. Cela même dans les meilleures conditions et par malheur aujourd'hui les conditions sont loin d'être bonnes. La neige est tombée en abondance dans la matinée, brouillant ma vision, masquant les dangers. Mais je connais bien ces montagne, elles sont mon foyer et je n'ignore pas leurs pièges. Tout de même, ces chutes m'ont forcées à ralentir et à perdre du temps. Ce temps qui me fait défaut. J'espère pouvoir arriver avant les funérailles.

Tandis que je marche ainsi, parfois péniblement, mon esprit vagabonde.
Je repense à mon père, à ces heures passées ensemble, souvent volées sur ses responsabilité à l'égard du clan. A cette gentillesse qu'il m'a toujours témoigné alors même que rien ne l'y obligeait. Surtout après qu'il ait du accepter d'assumer un rôle dont il ne voulait pas.
Je repense à ce sourire plein de fierté qu'il m'a adressé alors que je passais mon gempukku, et à cet au revoir échangé il y a 8 mois alors que je partais prendre mon poste. Plus qu'un au revoir, c'était un adieu mais ni l'un ni l'autre ne le savions encore.
Je repense à ces hommes que j'ai laissé derrière moi. Masahito m'a assuré qu'ils comprendront ma décision, et j'espère que c'est vrai. En tout cas, je voulais y croire ce matin lorsque je les ai quittés. Était-ce une bonne idée ? Je suppose que je le saurais à l'issu de ce voyage. Quoi qu'il en soit il est trop tard pour faire marche arrière. Je dois continuer.

La nuit tombe. Je poursuis ma route aussi longtemps que je le peux. Mais dans le noir les montagnes sont impitoyables, même pour leurs familiers. Aussi, je dois finalement m'arrêter. Profitant des dernières pales lueurs du jour je rassemble en hâte du bois pour faire du feu. L'entreprise s'avère malaisée, et si je trouve suffisamment de branches mortes pour faire démarrer un feu je sais que je n'en aurais pas assez pour alimenter un foyer toute la nuit. Tant pis pour la prudence, je dois prendre des risques si je veux arriver à temps. Un fois le feu bien pris, j'utilise du bois vert prélevé sur les pins proches pour le faire tenir. La fumée s'épaissit tandis que la résine grésille dans les flammes. La nuit est sans lune ce soir. La fumée grasse se perd dans l'obscurité oppressante.
Demain en fin d'après midi, je serais au kyuden Saru. Si tout se passe bien.
Revenir en haut Aller en bas
Kalou
Shogun
avatar

Nombre de messages : 258
Age : 37
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Journal d'un fils   Mer 22 Avr - 19:14

Les portes du kyuden, enfin. Ces dernières heures, j'avais fini par croire que je ne le atteindrais pas avant la nuit. Je suis harassé par mon voyage, mais ne peut prendre un moment pour me reposer avant de me passer les portes. Les gardes sont là bien sur, fidèles à leur postes. Mais en cette soirée où souffle le vent, ils paraissent se confondre aux murs dans leurs épaisses fourrures protectrices. Ayant parfois du assumer cette charge, je ne peux que compatir à leur sort bien que pour le moment d'autres soucis occupent mon esprit. J'approche de l'un d'eux et, de but en blanc, je l'interroge sur la tenue de la cérémonie. D'abord surpris, il me reconnait, me répond enfin. Le bûcher a été dressé, les corps ont été préparé... les funérailles auront lieu demain dans la soirée.

Oui! Il n'est pas encore trop tard. De soulagement, je m'effondre presque. La fatigue me rattrape. Et le garde aussi. Me soutenant à moitié, il dit à ses camarades qu'il va m'aider à rejoindre les dortoirs. Je veux le repousser puis j'abandonne. Au diable ma fierté, je suis bien trop épuisé et ce brave homme ne mérite pas une telle réaction. Je m'appuies sur lui et le laisse me guider jusqu'à la caserne. Sans que je m'en aperçoive, me voila couché sur une paillasse. Je ferme les yeux, une pensée me suit toujours. Je suis arrivé à temps.
Revenir en haut Aller en bas
Kalou
Shogun
avatar

Nombre de messages : 258
Age : 37
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Journal d'un fils   Sam 25 Avr - 21:30

Il y a du bruit autour de moi. Je m'éveille et je tourne la tête. Les soldats sortent du dortoir les uns après les autres. Il est encore très tôt. Je le sais parfaitement. Rituel immuable, avec le jour se lève la garde. Je veux rester, dormir encore mais il n'est plus temps et j'ai beaucoup à faire. La cérémonie aura lieu en début de soirée mais, en attendant, je dois remplir mes devoirs.


Il est midi maintenant. La matinée s'est déroulée très vite, sans que je m'en aperçoive. Ma présence n'est pas attendue au kyuden, je suis donc allé me signaler au commandement. Malgré l'heure matinale, j'ai du patienter longtemps avant d'être reçu. Comme je m'y attendais, l'officier n'a pas été ravi d'apprendre que j'avais quitter mon poste pour revenir en hâte.
C'est un jeune homme, jamais croisé encore et il ignore également qui je suis. Lorsqu'il me demande mes raisons, je lui explique. Il est surpris, hausse un sourcil mais ne fait plus de commentaires. Il change de sujet.
Je lui fais un rapport détaillé de ce qui s'est passé pendant ces huit derniers mois de garde près des frontières. Certaines informations ont déjà été envoyées au kyuden, mais il souhaite tout entendre de ma bouche. Placé discrètement dans un coin de la salle, un scribe prend des notes. Tout est consigné.

J'achève mon rapport en parlant de mon voyage de retour. De la journée d'hier surtout, de la raison qui m'a fait arrivé si tard et épuisé. Une partie du chemin s'est effondré.
Sur une longueur de soixante, soixante quinze mètres le chemin est devenu impraticable. Une étroite corniche usée par des siècles d'intempérie et alourdie par la neige a finie par céder, emportant la piste avec elle. J'ai cherché à contourner cet endroit, par en dessous ou par au dessus pour finalement y revenir. Nul autre moyen de passer, à moins de perdre des jours. Je n'avais pas ce loisir. La paroi est pleine de prises, certaines parties sont assez larges pour s'y reposer. Doucement, sans mortelle précipitation, je suis passé outre.
L'information intéresse l'officier, bien entendu, d'avantage d'ailleurs que le reste du rapport. Il faudra envoyer une équipe du génie sur place, voir s'il est possible d'aménager une solution pour passer de nouveau. Au moins la traversée reste possible, je l'ai démontré. Il me remercie, me donne congé pour le moment. On viendra me chercher lorsque des ordres seront prêts pour moi. En attendant, quartier libre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal d'un fils   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal d'un fils
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CHARTER "Fils des Loups (1984)
» les fils de sammy
» Qui veut épouser mon fils ?
» Antoine François Marmontel et son fils Antonin
» [journal] Journal de Montréal - weekend 21 novembre 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum officiel de SoleilRouge :: LES FORUMS GENERAUX :: LES CHRONIQUES-
Sauter vers: