Le forum officiel de SoleilRouge

Bienvenue sur le forum officiel du jeu.
 
Revenir au jeuRevenir au jeu  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Rencontre entre un homme et une femme...

Aller en bas 
AuteurMessage
Ash
Shogun
avatar

Nombre de messages : 304
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Rencontre entre un homme et une femme...   Mar 21 Avr - 12:49

En ce temps là une guerre larvée avait court. Trois camps s’opposaient : le clan Torayama, celui du shogun, et les alliances Osamaru et Kumatsune. J’étais bien jeune samouraï.

Akiko-dono m’avait envoyé en mission. Techniquement elle n’en avait pas le droit. Techniquement ce n’était d’ailleurs pas une mission. J’étais bien jeune samouraï et la vie du kuyden, les entrainements répétitifs sous l’œil de notre kenseï Zenji-sama, tout cela, m’ennuyait au plus haut point. Je préférais courir nos campagnes. Depuis le premier bandit tombé sous mon sabre, je prenais toutes les excuses imaginables pour quitter le kuyden, écumer nos terres et y tuer les bandits que j’y trouvais. Techniquement Akiko-dono ne pouvait pas me donner de mission mais j’étais bien jeune et mon sang était Torayama. Aussi je l’en remercie.

Ayant patrouillé le sud de nos terres et pris le rapport de la garnison de Shiro Yuki, je pris donc le chemin de retour vers le kuyden quelque peu dépité : pas de combat cette fois. C’est en arrivant au croisement des chemins que je suis tombé sur un affrontement. Visiblement, une samouraï-ko du camp Osamaru était tombée dans une embuscade tendue par deux bandits. Déjà son sang coulait abondamment. Mais oublions cette samouraï-ko un instant car sur le moment en fait je n’en avais cure. Seuls les bandits m’intéressaient. Aussi, sortant mon sabre j’ai chargé dans la mêlé.

Alors que pars un échange furieux de coups j’envoyai au sol l’un des bandits, la samouraï-ko s’écroula sous les frappes de l’autre bandit. Tout était parfait, nous nous retrouvions un contre un. La fureur de l’engagement initiale étant retombé, le rythme du combat se calma. Cela me ramena à un état où j’avais la capacité de réfléchir. Je commençais à songer que cette samouraï-ko était finalement une ennemie, et sur nos terres qui plus est.

Je prenais cependant rapidement l’ascendant sur mon adversaire. Pendant ce temps, la samouraï-ko montrait signe de vie et se releva péniblement. C’est alors qu’un autre bandit surgit à son tour d’un bosquet pour lui sauter dessus. D’un revers j’envoyais voltiger la tête de mon bandit dans les airs.

Considérant la situation sous un nouvel angle je ne couru pas aider celle que je considérai enfin comme ce qu’elle était : une ennemie. Aussi je pris mes aises pour assister au spectacle de sa mort. Peut être les bandits avaient-ils eu l’intention de profiter de la prendre captive et de profiter d’elle. Elle était ma fois très jolie. C’est alors qu’Akiko-dono arriva par la route du kuyden. Je lui présentais la situation tout en prenant place à ses cotés au cas où d’autres bandits surgiraient. Elle aurait pu tous nous tuer en invoquant le dragon de feu bien sur : elle n’avait pas besoin de protection. Mais il n’était pas correct qu’un bandit puisse l’approcher. Nous nous sommes donc installés et avons parié. Pour moi, la samouraï-ko tiendrait six attaques, pour Akiko-dono, elle ne tiendrait que deux.

Deux coups : c’est bien la ce que prit le bandit pour faire de nouveau tomber la samouraï-ko.

Après deux combats, mon adrénaline était retombée. Aussi c’est cote à cote avec Akiko-dono que nous nous sommes distrait avec le bandit. Cela ne prit que quelques minutes bien sur. Avant de reprendre la route vers notre kuyden, je jetais un dernier regard à la samouraï-ko étendue au bord de la route. Elle était quand même bien jolie.


Dernière édition par Ash le Mar 21 Avr - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ash
Shogun
avatar

Nombre de messages : 304
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Rencontre entre un homme et une femme...   Mar 21 Avr - 15:23

Je suis le dernier descendant du héros qui porta mon sabre il y a deux cent cinquante ans. Au zénith de cette vie je n’ai pas démérité de mon ancêtre. Je suis shuno du clan et je porterai le titre d’hatamoto à mon retour au kuyden. Cependant, au zénith de ma vie, je n’ai personne à qui transmettre le sabre ancestrale à ma mort qui approche jour après jour.

Ce soir, un soulèvement d’heimins a eu lieu à Kuyden Seigikami. C’est étonnant quand on sait le nombre important de samouraïs qui s’y sont rassemblés. Un instant j’ai espéré que c’était un soulèvement généralisé. Espéré ou craint, je ne sais plus très bien. Toujours est-il que ce n’était finalement qu’un soulèvement mineur et bien vite maté. Pour ma part je n’y ai pas vraiment pris part, sabrant uniquement les heimins qui me bloquaient la vue. Car ce soir je n’avais d’yeux que pour Karasu Rei-san.

Elle n’est pas initiée de la voie du roseau comme moi mais elle a montré clairement des signes qu’elle est pratiquante. J’admirai durant ce bref combat la maitrise avec laquelle elle portait ses coups. Précis et rapides, ses frappes ressemblaient à celle d’un Torayama. Elle manquait juste de puissance mais était plus belle que jamais.

Ce n’est que la troisième fois que je revoie cette jeune femme depuis notre première rencontre aux détours d’une route de nos terres. Si je regrette cette première rencontre aujourd’hui, plus le temps passe et plus j’aspire à que la suivante se rapproche.

La première fois que je l’ai revu, il y a douze ans de cela, Seigikami Harada-sama et Karasu Takara-sama venaient de mourir. Nous pensions alors que la guerre contre le camp Osamaru était terminée et je me trouvais à Kuyden Karasu en compagnie de mon maitre : Mitsuoto-sama. Ce n’était que quelques semaines après notre première rencontre et pourtant celle qui s’appelait alors Osamaru Rei me remercia d’avoir occis les bandits et m’invita à partager une tasse de thé. Elle n’avait pas oublié mon comportement pourtant mais semblait dénuée de rancune. Son visage n’était que douceur et elle me remercia. A l’époque cela n’avait aucune importance, surtout avec les évènements biens connus qui suivirent en ce kuyden. Cependant avec le temps cela prend tout sa signification à mes yeux.

La seconde fois était il y a quelques semaines. Elle portait cette fois le nom qu’elle porte aujourd’hui : Karasu Rei ; et était la yojimbo attitrée de Shunbin-sama, le daimyo Karasu. Celui-ci était venu nous visiter en notre kuyden afin de voir comment il était possible de recréer l’union sacrée des clans du nord, telle qu’elle existait sous le glorieux règne de Nihon-heika. Je dois avouer que ce daimyo de mon âge me surprend par les efforts qu’il semble mettre dans le rapprochement des clans. Je crois que lors de cette visite, Karasu Rei-san et moi nous sommes découverts des façons de penser relativement similaires même si je pense être plus expéditif dans mes réactions. Son attitude vis-à-vis de moi était alors pareille à ce qu’elle avait toujours été. C'est-à-dire respectueuse et amicale. Je me rends compte que ce n’est qu’à ce moment là que j’ai commencé à la considérer de même. J’en ai grande honte aujourd’hui car cela rejoint mes erreurs concernant Saru Daijiro-sama. Si je n’avais pas à lui être amical, jamais je n’aurai du lui manquer de respect : ce sont mes ancêtres que j’insultais en ne lui accordant pas le respect auquel tout samouraï à droit. Cela me pèse aujourd’hui.

Aujourd’hui, nous nous retrouvons pour la troisième fois. Nous sommes nombreux réunis à Kuyden Seigikami pour nous entretenir sur la lutte contre l’Ombre. Une certaine forme de complicité c’est instaurée entre nous et je ne cherche pas à la cacher. Pourtant, toute samouraï et vaillante qu’elle est, elle n’est que Karasu. Ce soir elle était gracieuse, rapide et précise, bien des traits proches de ceux des Torayamas. Mais elle n’avait pas la puissance nécessaire, la puissance d’un samouraï de notre ligné.

Et alors ? Ceux de la lignée Yona n’ont pas non plus cette puissance naturelle. Je ne les considère pas moins comme mes frères, égaux dans l’honneur, le respect du bushido et du nihon-do. J’ai fait l’erreur de ne pas la respecter une fois, jamais plus cela n’arrivera. Nous autres Torayama sommes des samouraïs cultivant une certaine individualité. Un samouraï Torayama n’a pas besoin de l’accord de son daimyo pour se marier. Cependant elle est différente, a une éducation différente. Je dois respecter son éducation.

Shunbin-sama souhaite voire naitre de nouveaux liens entre nos clans, il l’a demandé il y a quelques semaines. Voyons donc s’il est prêt à perdre le yojimbo qui l’accompagne depuis douze ans.
Revenir en haut Aller en bas
Ash
Shogun
avatar

Nombre de messages : 304
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Rencontre entre un homme et une femme...   Mar 21 Avr - 19:01

J’ai profité d’un instant de répit pour m’entretenir avec Shunbin-sama. Rei-san était présente bien sur. Nous nous entendons bien mais cela n’a aucun rapport : elle ne faillira jamais à son devoir.

J’étais prêt à faire des efforts pour m’adapter à l’éducation de la jeune femme, mais il existait des limites que je ne pouvais franchir. Elle n’était pas la « chose » de Shunbin. Elle était son samouraï c’est vrai, mais aussi un individu libre de son destin. Aussi ce n’était pas sa main que je demandais, mais le droit de lui demander sa main. Pour moi, la réponse à la question importante ne pouvait venir que d’elle et pas de son daimyo.

Shunbin-sama n’a pas souhaité répondre immédiatement mais il a accueilli la demande avec bienveillance, me rappelant juste que la tradition du nihon-do pouvait m’amener à devenir Karasu dans le cas d’une telle union. Il s’agit là du nihon-do. Bien sur que je me suis engagé à le respecter. De toute façon j’étais shuno du clan Torayama et bientôt Hatamoto. Je respecte Rei-san mais elle n’est pas mon égal. Tout du moins pas dans le sens que l’entend le respect des règles d’étiquettes du nihon-do, pas encore. L’important est que Rei-san, bien qu’ayant marqué une surprise, semblait agréablement surprise. Les choses étant engagées, il était convenable d’informer Tsukiro-sama de mes projets. Je le fis et il l’accueilli d’un bon œil.

Ce n’est que quelques jours après, alors que je m’apprêtais à quitter Kuyden Seigikami que Shunbin-sama donna son accord. C’est en présence de notre shogun, Fusanori-sama, que Karasu Rei-san accepta de devenir Torayama Rei et mon épouse. Je ne sais si sa décision était prise le premier soir ou si mes nombreuses interventions lors des débats ayant eu lieu ces jours là l’ont éclairé sur ma personne. Le croisement des chemins est certainement bien loin...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre entre un homme et une femme...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre entre un homme et une femme...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» manquin vitrine
» Hail
» GQ Style magazine automne/hiver 2012
» Dieu créa l'homme avant la femme, il fallait bien un brouillon avant l'oeuvre d'art [Evadora]
» femme, fan de rugby!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum officiel de SoleilRouge :: LES FORUMS GENERAUX :: LES CHRONIQUES-
Sauter vers: