Le forum officiel de SoleilRouge

Bienvenue sur le forum officiel du jeu.
 
Revenir au jeuRevenir au jeu  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'époque de la crédulité chez Rei

Aller en bas 
AuteurMessage
Glooze
Samouraï


Nombre de messages : 78
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 03/06/2007

MessageSujet: L'époque de la crédulité chez Rei   Mar 21 Avr - 11:00

Karasu Rei avait, depuis son gempukku deux ans plus tôt, fait diverses petites missions pour ses supérieurs, rien de très important.

A cette époque, elle était naïve, insouciante. Elle croyait que la diplomatie était la solution à tout, qu'avec les bons mots on pouvait éviter des morts qui suivaient certes le bushido, mais qui amputaient l'Empire d'autant de valeureux samourais. Elle ne savait pas à quel point elle se trompait, tant son éducation de diplomate avant tout l'avait rendue crédule bien que capable de manipuler les gens. En théorie du moins ...

Elle n'était pas douée. Sa naïveté ruinait tous les efforts de son éducation. Après avoir appris les principes de la cérémonie du thé avec sa daimyo Takara-sama, Rei partit pour sa première mission d'importance avec un autre duelliste Karasu, Kazegawa-san. L'objectif était de parler aux Ryushin, afin d'obtenir d'eux le partage du kido de détection d'utilisation de la magie ancienne. Mais Rei et Kazegawa rencontrèrent un problème de taille s'appelant Ningyû. Un golem dirigé par les chefs du clan Ryushin. Très grand, très fort. Semblable à un colosse. Les dirigeants Ryushin semblaient pouvoir parler et entendre à travers lui, ainsi Rei discuta avec le golem comme s'il s'agissait directement des têtes pensantes du clan du dragon.

Mais cela ne marcha pas. Elle n'avait aucun pouvoir, aucun grade, aucun droit de demander à ce que les Ryushin partagent un Kido, et il lui fut répondu que seul Nihon-heika pouvait formuler une telle demande. Rei retourna donc déconfite à Kyuden Karasu, annonçant la nouvelle à sa daimyo, qui lui demanda alors de poursuivre pour Kyuden Torayama, où se trouvait Nihon-heika, afin de lui expliquer la situation. C'est la première fois que Rei rencontra l'Empereur Phoenix. Dans le grand hall des ancêtres du Kyuden Torayama, elle lui exposa la situation. Il dit qu'il verrait ce qu'il pouvait faire, mais l'urgence n'était pas là, un mariage se préparait. Rei, encore une fois éconduite, expliqua le résultat de son déplacement à Takara-sama.

Puis pendant quelques temps, tout fut calme. Rei enchaînait à nouveau les missions sans importance. Deux choses majeures qu'elle avait échouées. Sa confiance en elle était au plus bas, et les mois qui suivirent elle fit erreur d'étiquette sur erreur d'étiquette, totalement incapable de se concentrer, sans cesse pensive à propos de ses deux échecs. Le temps passa encore, et elle eut une mission incroyable, elle devait être la yojimbo de Nihon-heika, pour le mariage de Yachu Kyoujin-sama et Yachu Shinsai-sama. Cela la motiva.

Elle escorta l'empereur Phoenix partout où il alla, et à sa demande cessa de le protéger de près pendant le mariage. Grand dieux ce que Rei aurait souhaité ne pas l'écouter ! Car avant qu'elle ne puisse retourner à ses côtés, de multiples assassins surgirent de partout, pendant qu'un gaz empoisonné nous afaiblissait ! Rei en tua beaucoup, avec une rage hors du commun. Non ! Elle devait protéger l'Empereur. Elle en tua, encore et encore, comme les autres samourais qui en tuait beaucoup aussi. Mais combien ces assassins étaient-ils ? Nihon-heika n'esquiva alors pas un coup de dague, il était empoisonné !

Les fusui présentes le baignèrent dans la lumière des dragons, le soignant sans cesse, mais le poison agissait plus que leurs soins, et Nihon-heika s'affaiblissait. Rei se démena autant qu'elle put, mais il était trop tard : Nihon-heika agonisait. Et alors que les derniers assassins mouraient, Rei comme d'autres se rapprocha de l'Empereur Phoenix. Il souffla de ne pas se faire seppuku parce que l'on a échoué à le protéger, que l'Empire avait besoin de nous et de notre potentiel.

Les mois qui suivirent, Rei allait mal. Ce troisième échec était de loin le pire. Elle voulait s'ôter la vie, mais respecta l'Ordre de Nihon-heika. Mais à quoi pouvait-elle bien parvenir, elle qui échouait sans cesse les missions qu'on lui confiait ? Et ce n'était pas tout : le clan Karasu n'existait plus, Takara-sama avait épousé Harada-sama, pendant que Rei était absente. Désormais elle était Osamaru, le clan de la paix. Mais cela avait un goût amer. A vouloir régler les situations sans oser arriver à une solution physique, elle ne réglait rien du tout dans la plupart des cas. Pour elle, la paix n'était plus possible, les samourais semblaient enfermés dans leurs visions différentes du bushido. Son moral était au plus bas.
Revenir en haut Aller en bas
http://blog.glooze.org
Glooze
Samouraï


Nombre de messages : 78
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 03/06/2007

MessageSujet: Le déclic et la maturité   Mar 21 Avr - 11:28

J'écris cela pour mémoire. Bientôt j'épouserai Ashinobu-sama, et je tenais à mettre par écrit une partie des choses que je lui ai dites sur ma personne.

L'assassinat de Takara-sama et d'Harada-sama fut comme un choc. Une fois de plus, l'Empereur Phoenix avait été assassiné, et pas uniquement lui, cette fois. Le clan avait perdu ses deux dirigeants, et Harada-sama n'avait pas exactement mené le clan Osamaru comme le clan de la paix. Je n'avais jamais aimé Harada-sama, sans jamais n'en rien montrer. Hiryuu-sama devint le chef temporaire, en attendant qu'il soit décidé par les ancêtres du clan le successeur, celui qui allait diriger le clan, car Hiryuu-sama ne voulait pas de cette charge, et les shunôs ne voulaient pas se mettre en conflit.

C'est à ce moment, alors que l'ère des trois shoguns se terminait, l'un d'entre eux étant mort, les forces n'étaient plus équilibrées, que Mitsuoto-sama, le daimyo Torayama, arriva dans le palais accompagné de Kioji-sama, son Karo. Mais Hiryuu-sama comme tous les autres étaient encore hésitants sur le comportement à prendre pour le clan. Nihon-heika n'aurait pas accepté la création du clan Osamaru. Et nous étions alors tous encore un peu perdus. Mitsuoto-sama, lui, semblait sur de lui, d'après lui, il fallait que le clan Osamaru le soutiennent contre le clan Kumatsune. Mais qu'espérait-il ? Que nous puissions répondre alors que nous ne savions pas vers où aller ? Je comprends mieux, au jour d'aujourd'hui, pourquoi il avait réagi de cette manière. Je ne pouvais à l'époque juste ne pas le comprendre. Je ne pouvais saisir ce qui l'avait insulté dans les propos de notre Karo, ni imaginer pourquoi il chargea et mis à terre 3 de nos shunôs et des dizaines d'ashigaru lancés par un jeune samourai apeuré par Mitsuoto-sama dit l'Invincible.

Je n'avais pas idée non plus de l'incompréhension d'Ashinobu-sama, le samourai qui accompagnait les deux dirigeants Torayama. Avant qu'Hiryuu-sama ne se fit seppuku pour laver la faute du clan Osamaru, il me confia son équipement complet, me disant : "Fais-en bon usage, tout cela est à toi désormais." et je ne sus jamais pourquoi il me confia son équipement. Et pas à quelqu'un d'autre. Cela dit, le Karasu no tachi fut confié à Ikaru-sama, qui devait le donner à celui qui serait choisi comme daimyo.

Puis, je rencontrai alors à nouveau Satsujin-san, un duelliste dont je n'aimais pas du tout la prétention. Pour lui, n'importe quel duel était bon à mener, même contre un frère de clan. Il avait une vision brute des choses, les concepts qui me régissait à l'époque, la retenue, le calme, ne lui étaient pas connus. Je le détestais à dire vrai. Lorsqu'on me donna l'ordre d'accompagner un jeune teishin à Kyuden Kumatsune pour raisons diplomatiques, avec Satsujin-san, j'eus du mal à m'exécuter. Encore une fois à ce moment j'eus l'impression que la mort aurait été une solution. Où que j'aurais pu lancer un duel contre ce pédant et en finir une fois pour toutes.

Et sur la route, j'appris à le connaitre. J'appris les vraies raisons du duel qu'il avait fait, et dont je n'avais vu que la conclusion. J'avais tout faux. Il n'était pas celui qui avait lancé le duel. Et sur ce malentendu dissipé, nous arrivâmes au Shiro qui servait de Kyuden temporaire aux Kumatsune.

Le teishin que nous accompagnions, Shunbin-sama, nous avait expliqué qu'il n'appréciait pas le flou de direction dans le clan, et qu'il souhaitait la renaissance du clan Karasu. Il ne savait pas à l'époque, du moins je le pense, que les ancêtres le choisiraient lui comme daimyo du clan. Toujours est-il que par force de négociation, il parvient à faire renaitre le clan Karasu, et à lui rendre des moyens financiers et territoriaux, alors que les Torayama vidaient la querelle avec le clan Osamaru.

Puis nous participâmes à la bataille non loin du mont solitaire, où j'affrontais avec d'autres samourais des clans Yachu, Kumatsune et Saru, ainsi que le Shogun et sa dame, le Yume no Oni. Je m'attendais à plus puissant, mais il semblait jeune comparé à ceux qui étaient venus puis repartis. Pendant cette bataille, la vision des morts, de la Horde, cela me bouleversa. Je compris que je ne m'y prenais pas de la bonne façon, comme je forgeais une réelle amitié avec Shunbin-sama et Satsujin-san, ainsi qu'avec certains des samourais présents. Nous tuâmes l'Oni, détruisîmes ses troupes. Le calme revint.

C'est ainsi que pendant douze ans, la situation stagna dans l'Empire. J'accompagnais Shunbin-sama, devenu daimyo, partout où il allait. Je développais tous mes talents de combat, ainsi que mes aptitudes de duel. L'accompagnant partout dans l'Empire, je voyageais beaucoup. J'appris à ne pas parler plus que nécessaire, et le côté naïf de ma personne eut vite disparu totalement, de même que le côté crédule. Notre clan changeait, devenait ce qu'il aurait toujours du être : un clan maintenant la paix dans l'Empire par tous les moyens. Il y a peu, j'ai été reconnue par les senseis Torayama comme qualifiée et obtint le grade officiel de Yojimbo, en plus de ma compétence reconnue d'Hitoriki.

Mais la situation sembla soudain se dégrader dans l'Empire, comme Eo-sama s'accaparait bien trop de pouvoirs pour que cela soit honnête...
Revenir en haut Aller en bas
http://blog.glooze.org
 
L'époque de la crédulité chez Rei
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Construire un home studio chez soi
» La belle époque en Champagne au temps du phylloxéra.
» [Clip] Nadir, Emka, Dico, Kalams CHEZ OSTER LAPWASS
» dobro hound dog chez thomann
» Bienvenue chez Cici

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum officiel de SoleilRouge :: LES FORUMS GENERAUX :: LES CHRONIQUES-
Sauter vers: