Le forum officiel de SoleilRouge

Bienvenue sur le forum officiel du jeu.
 
Revenir au jeuRevenir au jeu  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Immortel

Aller en bas 
AuteurMessage
Tanzaemon
Daimyo


Nombre de messages : 162
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Immortel   Lun 13 Avr - 2:04

L'eau s'écoule paisiblement à travers l'entrelacs de bambous, serpentant selon un cheminement rigoureux, méthodique, propice à la méditation.

Nous sommes dans les jardins zen de Kyuden Torayama.
Le vent du Nord souffle avec vigueur, faisant danser dans les air d'innombrables pétales de cerisier.
L'hiver tardif a cédé la place à un printemps mélancolique.

A l'automne, un daimyo du clan du tigre a ployé le genoux devant le dernier shogun.

Seuls au milieu de ce havre, deux samouraïs vêtus de blanc sont assis en seiza, face à face, de part et d'autre d'une petite table de calligraphie.
Sur le bord du plateau, leurs mains gauche sont jointes avec tendresse, les longs et fins doigts blancs d'une jeune femme enlacent la rude main calleuse d'un bushi.

Le couple est jeune, leurs visages à tout deux sont encore adolescents.

Leurs yeux se croisent et l'amour qui en transparait est de leur âge.

Chacun tenant un pinceau, dessinant de concert, ils tracent un kanji parfait:
Meiyo. Honneur.

Alors que l'encre sèche, leurs visages se penchent doucement, leurs lèvres se joignent, les yeux clos.

Une heure passe.

Trois samouraïs vêtus de blanc font respectueusement leur entrée dans les jardins, deux d'entre eux tiennent un tout petit garçon par la main. Tous portent le mon de l'Invincible.
Les pétales roses caressent le visage de l'enfant, et il gazouille en riant, pointant une petite main potelée en direction de ses parents.

Il trotte vers les bras tendus de Père et Mère, qui l'attendent assis sur le bord d'une fontaine.
On les laisse seuls.

D'autres heures passent.

Les trois nobles guerriers reviennent.

Père pose son katana sur le plateau de calligraphie.
Il s'agit d'une arme de facture sobre, classique. Son seul ornement apparent est son ancienneté. Cette lame ôte des vies depuis bien des générations.
Mère roule le papier et le scelle, l'attachant au fourreau avec un fil de soie rouge.

" Il n'aura besoin de rien d'autre. "

Le couple sourit tendrement à son fils, puis se lève lentement, dignement.

L'un des hommes prend la main du petit lorsqu'il essaye de suivre ses parents, sans douceur.
L'homme et la femme s'asseyent face à face.
La froide détermination qui habite leurs regards n'a plus rien de juvénile, ils déclament un même haiku d'une voix ferme et pure, sans tressaillir une seconde, les yeux dans les yeux.
Puis ils dévoilent leur poitrine.

Derrière chacun d'eux, un samouraï se place, le katana tiré.

La tension augmente et le petit se met à sangloter, s'agitant en tous sens.
Une claque brusque strie sa joue, accompagnée d'un guttural appel au silence.
Le petit bout d'homme se fige sur place, tétanisé de peur, la bouche ouverte sur une supplique muette, il lance un regard désespéré à ses parents, tremblant de tout son corps, de grosses larmes roulent sur ses joues.

Père et Mère baissent les yeux une seconde.

Les wakizashis sifflent hors de leurs fourreaux.
Revenir en haut Aller en bas
Tanzaemon
Daimyo


Nombre de messages : 162
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Immortel   Lun 13 Avr - 2:25

Le corps secoué par ses sanglots, un adolescent se redresse sur sa couche, convulsé de douleur.

Frénétiquement, il fouille dans ses affaires et en extirpe deux bâtonnets d'encens.

Il se rue vers le petit autel niché dans le mur de sa chambre spartiate, et allume ses offrandes.

Les bras croisés sur la poitrine, il se balance d'avant en arrière, récitant un mantra, s'apaisant peu à peu.

Il finit par s'aplatir contre le sol, serrant une boîte de bois toute simple contre son cœur.

" Oh Père ! Oh Mère ! Jamais je ne pourrais me faire pardonner l'insulte que je vous ai faits ce jour !
Je vous supplie pourtant de le faire...

Je ferais tout pour racheter ma faute, pour me montrer digne de ce nom que vous m'avez donné ! "

Il attrape son bokken et traverse le quartier des novices à pas de loups, traînant l'arme plus qu'il ne la porte.
Dehors, il fait encore nuit noire, et la pluie bat les pavés de la place d'arme de Kyuden Torayama.

Claquant des dents, un garçon de 12 ans détrempé et tiré de son lit par des cauchemars répète seul les exercices de la veille.
Comme tous les jours.
Revenir en haut Aller en bas
Tanzaemon
Daimyo


Nombre de messages : 162
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Immortel   Jeu 7 Mai - 0:08

Nous sommes dans le dojo de Kyuden Seigikami.
Non loin de là, les daimyos du Nord sont rassemblés et parlent au shogun Fusanori, mettant en branle les évènements qui aboutiront à la chute de Dame Eo.
La première épreuve de force entre l'éducation du jeune samouraï Torayama Akodo et l'esprit du bushido d'autres clans a lieu aujourd'hui.
Il a franchi son gempukku moins de deux mois auparavant.
Quelques jours plus tôt, il a rôdé autour des marais Orochi, et sa lame a réclamé la vie de son premier bakémono.

A ses côtés se trouve la douce Torayama Cho, fusui et jeune veuve de son clan.
Elle a tenu des propos désobligeants envers un officier.
La paume d'Akodo la frappe, la privant d'air.
Un second coup la frappe au visage, la faisant chanceler, le nez en sang.

Cet adolescent a-t-il seulement conscience de la portée de son geste, de l'enchaînement de conséquences découlant de ce geste de colère ?

Plusieurs spectateurs se sont insurgés, des insultes ne tardèrent pas à être lancées au jeune homme, pourtant sur de son bon droit. Un premier homme git bientôt à terre, un jeune senku Kumatsune. Il ne se relèvera jamais.

Ses amis le pleure, reprochent sa violence à Akodo. Mais que pouvait-il faire d'autre ? Lorsque l'offenseur refuse de fournir des excuses décentes, quel choix reste-t-il au samouraï ? Un second Kumatsune a demandé la sagesse du shogun, et en est revenu en fournissant des excuses, immédiatement acceptées. L'affaire est résolue.

Reste le troisième homme. Le sang des Higumas coule dans ses veines, et Torayama Aya l'affronte une première fois, après qu'il eut insulté l'ensemble du dojo.
Le combat est rude, serré, mais la Voie du Tigre finit par dominer la rage du berserker.
Akodo a suivi les mouvements de la fine et gracile Yona avec beaucoup d'attention.
Le regard de haine qu'elle lui lance à la fin de son combat vaut tous les sourires du monde.

L'affaire aurait du se terminer là.
Mais Kumatsune Kenichi réitère ses propos au sujet du samouraï, de son honneur et de sa façon de le laver. A nouveau, une seule solution subsiste.
Durant une semaine, Akodo laisse son adversaire panser ses plaies.
Toute une nuit, il veille dans l'académie, méditant, recommandant son âme à ses ancêtres.
Car il a laissé le choix des armes à Kenichi, et celui-ci refuse de se défendre.
Akodo livrera un duel iaijutsu, respectueux des règles. Et il sait que ce combat sera probablement son dernier. Il n'est pas duelliste, sa formation dans ce domaine est minimale...mais la voie du bushido implique le respect le plus scrupuleux des traditions.

Le duel est lancé.
Bien des spectateurs expriment leur mépris pour le comportement du jeune Torayama, il ne comprend pas, il enrage...qui sont-ils pour juger de la valeur de sa vie, de celle de ses adversaires, de l'importance de son honneur ?!
« Vous allez récolter ce que vous méritez, Torayama-san... », voilà les propos d'un officier Seigikami à l'entente du défi du jeune homme !

Les dents serrées, les deux mains crispées sur la garde de son katana, le bushi tourne autour de son adversaire.
L'épreuve de volonté commence.
Aucun des deux adolescents ne prends l'ascendant sur l'autre.

Soudain, deux cris résonnent simultanément dans les murs du Hall de Justice.

Une explosion silencieuse.
Le temps semble se figer, l'air se solidifier.
Durant un battement de coeur, le monde s'ouvre à lui.
Une pensée s'impose à son esprit: de ses faibles mains, le jeune homme a accompli une frappe parfaite, en harmonie totale avec son arme.
Ses sens sont tellement exacerbés qu'il pourrait à cet instant décrire le son que produit la lumière d'Amaterasu en parcourant le monde.

Son sabre atteint son adversaire à la clavicule.
Son domaru n'est rien d'autre qu'une feuille de papier.
Ses os ne sont que poussière.
L'arme jaillit au dessous de la hanche du berserker, ayant traversé son torse en diagonale.

Le regard d'Akodo s'abaisse.
Il n'est pas surpris, il sait à quoi s'attendre.
La lame de son opposant est enfoncée dans son abdomen. Le sang s'épanche déjà hors de la plaie.

Les deux samouraïs s'effondrent dans une gerbe écarlate.
Revenir en haut Aller en bas
Tanzaemon
Daimyo


Nombre de messages : 162
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: Immortel   Lun 11 Mai - 0:38

Le sang fleurit sur le parquet laqué et les spectateurs s’éloignent…deux adolescents viennent de mourir au nom d’un idéal qui les dépasse, certains témoins crachent leur mépris pour ce qu’ils estiment être un gaspillage, d’autres approuvent, beaucoup se taisent.

Le jeune Torayama gît à terre, prisonnier de son corps meurtri. Des émotions et des sons qui ne sont pas les siennes mais qui font écho à ses propres pensées caressent son esprit et chevauchent sa colère. Les images sont dures, violentes, pleines de bruit et de fureur, de sang et de cris d’agonie, la somme de plusieurs vies consacrées à aimer la guerre et vénérer la victoire…la voie de ses ancêtres.

Le bouillonnement de rage qui l’habite en permanence se déchaîne à travers sa mémoire et recouvre son songe d’un voile écarlate, décuplé par la douleur. Une décision ne tarde pas à être prise : il est trop tôt pour mourir. La dette du garçon n’a pas été payée.

DEBOUT.

Parallèlement, forte d’une toute nouvelle sagesse, les douces mains de Torayama Cho se penchent vers l’homme qui l’a frappée la veille, et les efforts de l’envoutante Saru Saya se mêlent bientôt aux siens.
Le fluide magique des deux géomanciennes court à travers le corps du blessé.
Bientôt, les muscles disposent enfin de l’énergie dont ils ont besoin pour obéir aux coups de fouet de la volonté du samouraï.

Le Torayama ouvre les yeux, défiguré par la douleur, les dents serrées. Une main tâte la lame du sabre Kumatsune, toujours enfoncé dans son ventre, mais se détourne vite dans un gémissement douloureux. Son poing se crispe sur sa propre arme et le plante dans le sol poisseux de sang. L’adolescent cherche péniblement à se redresser, tombant à genoux dans un cri de douleur.

Une pulsation naît au cœur de la lame, qui peu à peu s’embrase, bientôt un halo rougeâtre se développe le long de l’acier, avant de nimber son porteur.
Il rejette la tête en arrière et un long cri rauque jaillit de ses poumons, alors qu’il retire l’acier ennemi de ses chairs, dans une nouvelle gerbe de sang, les yeux voilés par une rage primale.
Torayama Akodo a trouvé sa voie de la perfection.

L’écho du cri inhumain résonne dans le grand hall de justice, et on y discerne un nom :
KOROSU !

L’arme et son maître ne sont plus qu’un, maintenant et à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Immortel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Immortel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oct/Dec 2011 - ADX TOURNEE "IMMORTEL"
» chansons québecoises
» adx
» Rimski-Korsakov (1844-1908)
» ADX Immortal (2011) La Chronique.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum officiel de SoleilRouge :: LES FORUMS GENERAUX :: LES CHRONIQUES-
Sauter vers: