Le forum officiel de SoleilRouge

Bienvenue sur le forum officiel du jeu.
 
Revenir au jeuRevenir au jeu  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Sabre et la Montagne

Aller en bas 
AuteurMessage
celarion
Hatamoto
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Le Sabre et la Montagne   Sam 11 Avr - 18:03

[C’est un journal usé et qui semble plutôt banal aux premiers regards.
Sur la couverture vous pouvez lire en bas à gauche le nom de « Kuma Kotetsu » . Au centre, les Kanji semblent harmonieux et se traduisent par « Le Sabre et la Montagne ».

La calligraphie des premières pages est peu esthétique mais compréhensible. Il n’y a aucun Kanji difficile, seulement une écriture simple : signe de peu de culture littéraire.]


Printemps de l’année 406 de l’Empire du Soleil Rouge.

Il fait chaud aujourd’hui. Le soleil ne fut pas caché par un seul nuage et mon fils s’entraine dans la cours.
Non loin du puits où il pouvait se rafraichir, il exécutait ses Katas inlassablement. Finalement il avait retiré son haut pour supporter la chaleur, mais son corps en sueur me fait penser que ce sont bien plus les quelques heures d’entrainements qu’il a déjà pratiqué que le feu de l’astre du jour qui en était la cause.

Cela fait à présent 14 printemps, 13 été, 13 automnes et 13 hivers qu’il était venu au monde. Il avait grandi et je reconnais mal l’enfant qu’il fut, tellement sa musculature se développait d’année en année. Malgré cela, Ryoku ne semble pas être doué d’un talent exceptionnel ou d’une vivacité hors du commun. Pourtant, il y a quelque chose dans son regard qui dénote une certaine force. Non pas un corps puissant mais plutôt un esprit puissant.
Il est tenace et déterminé : rien ne semble le détourner de son objectif.

Un peu plus tôt dans la matinée, je suis allé l’affronter. Son kenjutsu est vraiment banal, mais ce combat devint une véritable épreuve de volonté. Mon fils n’était pas déterminé à perdre. Malgré les nombreux coups de bokken que je lui délivrais, il continuait à se battre sans qu’aucun cri de douleur ne vienne troubler le choc de nos sabres de bois.

Je me demande si c’est une qualité ou un défaut… Avec un tel esprit, il est possible que sa mort soit précoce. Les Torayama me diraient que la mort est l’amante de tout samurai, mais le clan Kuma n’a pas besoin de mort inutile.
Il devra servir Fusanori-sama et reprendre notre Kyuden. Mais pour cela, il faut déjà reprendre le temple du mont solitaire…le clan Kuma a décidément tant de choses à faire.

Je léguerai les espoirs du clan à mes fils.
Ryoku, l’ainé, passera son gempukku l’été de l’année prochaine. Déjà les anciens du clan sont venus l’observer. Quel nom lui sera donné lors de son épreuve ? Je me le demande.
J’ai déjà acheté le tsurugi qu’on lui remettra. Il n’est peut-être que de facture banale, mais mes ressources ne me permettent pas mieux.
Et puis une lame reste une lame, elle fera tomber les têtes des bakemonos les unes après les autres.

Le soleil se couchera bientôt, je vais prévenir Ryoku qu’il est temps de faire notre partie de go, ou de shogi, quotidienne. Mon fils devient plutôt bon.

Le temps se couvre, nous aurons sans doute bientôt de la pluie.



Kuma Kageyama, Bushi de lignée Kuma
Revenir en haut Aller en bas
celarion
Hatamoto
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Le Sabre et la Montagne   Mer 15 Avr - 21:34

[L’écriture de ce texte est harmonieuse et très agréable à lire. Il est évident qu’il s’agit d’une autre personne qui en est l’auteur, mais aussi qu’il s’agit de la personne ayant écrit sur la couverture le titre et le nom.]

Eté de l’année 407 de l’Empire du Soleil Rouge.

Cet été est moins chaud que celui de l’an passé. Les journées sont agréables.

Je reprends ici l’histoire de Ryoku.
Kageyama-kun est tombé il y a plusieurs mois. Une embuscade composée de bakemono et d’un tengu d’après les survivants.
C’est maintenant moi, le doyen de notre famille, qui rédigera cette partie de la vie de son fils.
L’incinération de mon neveu Kageyama fut modeste. Il n’y eu pas de grands représentants du clan, seuls nous, les doyens du clan Kuma, étions présent aux cotés des familles.

Nous fûmes étonnés.

Beaucoup de fils des victimes, même si la plupart ne pleuraient pas, avaient le visage détruit par une grande tristesse. Pourtant Ryoku n’exprimait pas un seul sentiment, il gardait les poings serrés mais son visage restait impassible.
Il faisait preuve d’une grande volonté, c’était certain.

C’était il y a quelques mois.

Ce matin, nous étions juges des gempukku.
Sur une dizaine de prétendants, cinq eurent l’honneur d’être reçu.
Ils faisaient tous preuves de qualités physiques exceptionnelles, excepté Ryoku.
Kuma Zaraki-kun et Kuma Hakai-kun, deux Higuma, étaient doués d’une vivacité et d’une puissance peu commune. Nous sommes inquiets sur la stabilité spirituelle du second Higuma.
Kuma Jiro-kun est un véritable colosse.
Alors que Kuma Shimoko-kun fait honneur à son père, Kuma Itsuhiro-san, avec un talent prodigieux dans le maniement du sabre.

Le dernier prétendant était Ryoku.
Etant donné que je faisais partie de sa famille, je n’ai eu le droit que d’observer.
En aucun cas je ne devais porter un jugement.
La première épreuve consistait en un combat au bokken contre l’un des anciens. Ryoku avait tout juste le niveau requis ce qui portait à croire que le combat serait facile.
Nous le sous-estimions.
Son visage neutre nous empêchait de déterminer quand il allait attaquer et quand il allait se défendre : son esprit n’avait aucune ouverture. Son adversaire se décida à le provoquer, le pousser à bout.
Mais rien n’y faisait.
Ryoku semblait imperméable aux insultes et aux sentiments.
Le bokken du jeune Kuma, quand il passait à l’attaque, présentait une détermination sans faille.
Son examinateur décida alors d’augmenter le rythme : son bokken frappa sérieusement le futur bushi Kuma en de multiples endroits.

Il tomba de nombreuses fois à terre.

Chaque fois il se releva.

Chaque fois il reprit le combat.

Et chaque fois à nouveau il retomba.

L’assemblée des doyens fit cesser le combat. Dans toutes les autres épreuves, il montra sa volonté de fer, inébranlable.
Les anciens discutèrent longtemps des noms que nous devrions lui accorder. Un kenshijin Karasu, qui avait demandé à observer les diverses épreuves, nous informa qu’avec une telle volonté le jeune Ryoku pouvait devenir un véritable maitre du duel.
Mais le duel ne sert à rien contre l’ombre.

Ils furent convoqués quelques heures après leurs épreuves.
Ryoku présentait de multiples hématomes, mais aucune douleur n’était visible sur son visage.
Le grand maitre du Kuma-Do s’adressa alors au jeune Kuma, et je me rappelle parfaitement de ses paroles :

« Ryoku-kun, tu as montré que tes nombreuses années d’entrainements n’ont pas été vaines. Tu as su nous satisfaire dans chacune des épreuves. Ton esprit est en accord avec les valeurs ancestrales du clan Kuma.
C’est pourquoi nous validons ton passage à l’âge adulte.
Maintenant tu peux oublier le nom de Ryoku.
Maintenant ton nom sera Kotetsu, « l’acier ».
Kuma Kotetsu-kun, puisses tu servir parfaitement notre clan et son daimyo jusqu'à ce que la mort t’emporte. »

Il confia alors un tsurugi de facture classique au jeune bushi, le doyen avait un sourire fier sur le visage.
Fier de voir des jeunes Kuma aussi prometteurs.

« Voici ta lame, cadeau de Feu Kageyama-san, ton père.
Puisses-tu faire tomber les samurais du clan Yugi avec elle.
Force et Honneur. »

Après la cérémonie, nous sommes rentrés dans la demeure familiale.
Je me suis alors mit à écrire ce chapitre important de la vie de mon petit-neveu.
Demain je transmettrai ce livre à Kotetsu, comme le veut notre tradition familiale, il y écrira sa propre vie jusqu’à ce qu’un jour la mort l’emporte.

Kageyama-kun peut être fier de son fils.

La nuit est déjà tombée, les lucioles sont apparues. Un vent frais souffle dans la cour.

Kuma Itadaki, Grand Maitre du Kuma-do et Doyen du clan Kuma.



hors chronique: Kuma-Do = voie de l’ours.
Revenir en haut Aller en bas
celarion
Hatamoto
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Le Sabre et la Montagne   Jeu 23 Avr - 22:24

[Cette fois l’écriture reprend une forme sommaire, brouillon et peu harmonieuse. Quelqu’un de peu habitué à manier le pinceau visiblement.
Cette écriture domine une grande partie du livre pendant une période de 13 années selon les dates inscrites.]


Automne 408 de l’Empire du Soleil Rouge. Shiro Kuma.

Le temps reste inchangé, quelques brises viennent nous rafraichir parfois.

Plus tôt dans la journée nous étions allés en taverne.
J’apprenais à connaître mes partenaires d’entrainements.

Il y a quelques mois Hakai-san ne revint plus de sa patrouille, un combat acharné non loin du poste frontière sud. Je ne sais pas trop quoi dire de la perte de l’un de mes premiers compagnons d’armes. Il avait un peu de mal à s’adapter et à communiquer mais il était talentueux.

Il y a quelques semaines, c’était au tour de Zaraki-san de partir en direction de Kyuden kitsune avec d’autres samurais. C’est pourquoi je ne me retrouve qu’avec Jiro-san et Shimoko-san.
Nous buvions à mes premiers faits d’armes en patrouille hier, et mon prochain voyage en tant que Yojimbo en direction de Kyuden Kitsune.
Mais le sujet tourna bien vite sur Kumatsune.

Quel horrible nom.
Quel déshonneur.
Faire seppukku paraissait une bonne solution à l’époque de sa formation.
Et pourtant nous ne l’avons pas fait.
« Pourquoi ? ».
« Est-ce de la lâcheté ? »
Plus j’y réfléchissais et plus ca me paraissait évident qu’il fallait survivre.
Survivre pour combattre l’Ombre.
Survivre pour soutenir Fusanori-sama dans sa lutte contre le clan Yugi.
Et pourtant je regrettais.

Une sombre idée germe dans mon esprit.
Des plans sanglants.

Mais sous ses airs de faible, la renarde savait se servir de ses crocs. Il faut que je m’entraine.
Longtemps longtemps longtemps.
Nous finissions nos coupes de sake avant de changer de sujet.
L’art d’abattre un bakemono.
Je ne me souviens plus très bien de la fin de cette soirée.
Le concours de boisson au tord-boyaux avec les ashigarus avaient peut être eut raison de nous finalement.

La nuit tombe petit à petit, le temps reste monotone.

Kumatsune Kotetsu, bushi de lignée Kuma.
Revenir en haut Aller en bas
celarion
Hatamoto
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Re: Le Sabre et la Montagne   Ven 3 Juil - 11:30

[Rien ne différencie l’écriture vis-à-vis des autres textes. En revanche vous pouvez remarquer quelques taches peu visibles. Il s’agit sans doute des dégâts de quelques gouttes de pluies.]

Automne 408 de l’Empire du Soleil Rouge : Kyuden Kitsune.

Le temps est plus frais dans le nord que dans le sud. Un temps agréable parfois remplacé par de brèves averses.

Malgré quelques changements de programmes comme le déplacement de troupes et l’attaque d’un bandit, nous sommes arrivés à Kyuden Kitsune un peu plus tôt dans la matinée.
Oromo-sama, marchand Kitsune dont j’avais en charge sa protection, et moi-même attendions devant les portes du palais Kitsune.
Nous avions ordre de ne pas y entrer sous peine de mort.

Je commençais à connaître le gouverneur de Kyuden Kitsune. Très posé et d’un naturel amical il était difficile de ne pas apprécier Oromo-sama, même s’il était Kitsune. Il y avait une sorte d’honnêteté qui émanait de lui lorsqu’on lui parlait, cette impression faisait qu’on lui faisait alors confiance plus facilement. Mais je gardais en mémoire le fait qu’il semblait proche d’Eo-sama.

En direction de la place centrale on pouvait parfois apercevoir Midori-sama et quelques autres samurais dont la belle Saru Saya-san, cherchant l’académie Kitsune. Mais je préférais alors contempler les magnifiques portes du palais.
Nous attendions.
Une heure.
Deux heures.
Jusqu’à ce qu’un Homme sortit à vive allure du palais tentant de se cacher entre les Heimins.
Mon inconnu.
Casque d’acier.
Il disparaît en direction de la place centrale.
Saisissant vivement mon tsurugi, je me lançais à sa poursuite dans ce Kyuden inconnu.
Alors même que je débouchais dans la foule qui peuplait la grande place, je le perdis de vue.
Non-loin se tiennent les samurais Kumatsune, cependant Saya-san n’était plus parmi eux.

Je dû me résigner à laisser tomber : l’homme au mon inconnu avait été trop rapide. Après un rapide coup d’œil dans le dojo, je revins sur mes pas et me posta aux cotés d’Oromo-sama.


Un homme sort du palais de jade pour nous prévenir qu’Eo-sama souhaitait s’entretenir avec la sensei fusui Midori-sama et le gouverneur Oromo-sama.
Tandis qu’ils parlent en ce moment même, j’écris ces lignes.
Cela fait plusieurs heures que je patiente.
L’homme au masque de fer se montrera-t-il à nouveau ?

Quelques goutes commencent à tomber, signe d’une averse passagère.

Kumatsune Kotetsu, bushi de lignée Kuma et Yojimbo temporaire du Juyaku de Kyuden Kitsune.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Sabre et la Montagne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Sabre et la Montagne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Montagne
» GILBERT MONTAGNE CHANTE JOHNNY HALLYDAY
» Laurent Montagne - Mes Pas
» Sabre et Nombre - petit aperçu de ce qui va arriver en 2011-
» Nouvelle DiPiazza Signature chez Mark Sabre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum officiel de SoleilRouge :: LES FORUMS GENERAUX :: LES CHRONIQUES-
Sauter vers: